© Messenger Kids

Pour donner plus de contrôle aux parents, Facebook lance une version de Messenger destinée aux enfants de 13 ans

5 décembre 2017

En théorie, il faut minimum 13 ans pour s'inscrire sur Facebook. On dit en théorie car des moutards qui traînent sur les réseaux sociaux, il y en a à la pelle. Mais il faut croire que les enfants sont intéressants pour Zuckerberg et ses potes. Ils ont en effet décidé de mettre le grappin dessus en créant une version de Messenger pour enfants. Les parents pourront tout contrôler mais ce n'est pas vraiment ça le problème. 

Paradoxal? Légalement, Facebook peut supprimer un compte si l'on parvient à prouver que son utilisateur a moins de 13 ans. Pourtant, une version de Messenger pour enfants vient de voir le jour. Si ton compte Facebook est lié à celui de Messenger, ce ne sera pas le cas pour cette version. Pratiquement, un enfant pourra discuter avec une liste d'amis préalablement définie par ses parents.

Les pré-ados ne pourront pas créer leur propre profil: les parents pourront absolument tout contrôler. En effet, il faut que ce soit les parents qui créent le compte via leurs profils Facebook. Ils pourront ensuite contrôler avec qui leur enfant parle et gérer sa liste d'amis.

Fonctionnalités limitées

Les enfants ne pourront donc parler qu'avec des gens triés sur le volet par leurs parents. Ils pourront envoyer des messages, des photos des gifs mais il y a une petite différence par rapport à l'application tout public. Une équipe est spécialement formée pour épurer les contenus des gifs et vidéos pour qu'ils correspondent à un public jeune. Il faut également noter que les parents ne pourront pas accéder aux messages envoyés et reçus sans demander l'autorisation de leur enfant. Les petits ont le droit de draguer en paix!

Un peu malsain

L'application n'est pour l'instant disponible que pour les appareils Apple (smartphone et tablette). Les petits enfants qui vivent dans un foyer Android n'ont pas encore droit à cette version maternelle de Messenger. Mais est-ce vraiment problématique? Car d'une certaine façon, le concept est un peu malsain. Ok, les parents pourront tout contrôler (ou presque). Mais cela n'empêche que Facebook pourra récupérer les données de tous les enfants qui utiliseront l'application. Mais c'est pas bête de la part de la bande à Zuckerberg: elle aura déjà plein de données sur les pré-ados qui s'inscriront sur Facebook dès leur 13ème anniversaire. Pratique pour la publicité ciblée.

Déjà lu?

Déjà lu?