© iStock

Timing parfait: des chercheurs anglais ont peut-être trouvé un os de... Saint-Nicolas

6 décembre 2017

Des chercheurs de l'Université d'Oxford ont découvert qu'une vieille relique d'os, déjà largement vénérée, date bien du 4e siècle après Jésus-Christ. Ils sont donc on ne peut plus clairs: il est tout à fait possible qu'elle ait appartenu à Saint-Nicolas. C'est un petit pas de plus vers la reconstitution du corps du grand Saint.

Pile poil le jour de Saint-Nicolas, la science sort une grosse surprise de sa hotte. Après avoir étudié de près une vieille relique d'os, des historiens anglais de l'Université d'Oxford ont ainsi remarqué qu'elle datait du 4e siècle après Jésus-Christ.

Tu ne vois pas le lien? C'est exactement l'époque où le grand Saint est mort, vers l'an 343 plus précisément. "Les résultats suggèrent que les os pourraient être authentiques et appartenir à Saint-Nicolas", affirme l'Université d'Oxford dans un communiqué sur le site internet de l'institution. Contrairement à de nombreuses autres reliques, vénérées comme étant celles du Saint, dont l'âge ne correspondait pas après avoir été étudiées.

Un morceau de pelvis

Les chercheurs tirent cette conclusion d'une analyse d'un micro-échantillon du fragment osseux, sur lequel ils ont aussi réalisé une datation par le carbone 14. Une technique qui permet d'évaluer l'âge d'une matière vivante, en analysant l'état de cet isotope radioactif à l'intérieur. Lequel se désintègre petit à petit après la mort.

L'os en question est un morceau de pelvis (voir tweet ci-contre). Aussi appelé le petit bassin, il s'agit de la partie du corps qui se situe entre les hanches et le périnée et qui englobe le rectum, le système urinaire et les organes reproducteurs. La relique est la propriété du père Dennis O'Neill, un prêtre vivant dans l'Illinois aux États-Unis, et vient de Lyon, précise l'Université d'Oxford.

Si l'on retrace la légende dans les grandes lignes, le grand patron des écoliers fait référence à l'évêque Nicolas de Myre. Il est né à Patara, au sud-ouest de l'actuelle Turquie (tout près d'Antalya), et a vécu dans l'emblématique cité de Myre, rebaptisée Demre.

Next step: voir si tous les os appartiennent au même saint

Aujourd'hui, la plupart de ses restes sont conservés en Italie, à la basilique de San Nicola à Bari depuis 1087. Plus de 500 fragments d'os se trouvent également à Venise. Au fil du temps, des églises du monde entier ont acquis des morceaux de reliques, qui ont alors un grand nombre de propriétaires différents.

Pour la suite, les chercheurs comptent donc analyser les reliques en Italie pour tenter de reconstituer le corps en entier. "Ces résultats nous encouragent à nous tourner maintenant vers les reliques de Bari et Venise pour tenter de montrer que les restes osseux proviennent du même individu", conclut Georges Kazan, docteur de l'Université d'Oxford qui a participé à la recherche.

Peut-être qu'un jour, tu pourras donc admirer le vrai Saint-Nicolas en entier dans un musée!

Déjà lu?

Déjà lu?