© EPA

Bonne gouvernance? Cinq cabinets wallons sur sept dépassent leur budget

9 décembre 2017

Le changement de majorité en Wallonie en juin dernier s'est accompagné d'une multitude de bonnes intentions. Dans les faits, le nouveau gouvernement wallon MR-CDH prend quelques libertés. Stéphane Hazée (Ecolo), qui nous avait déjà interpellé sur le possible dépassement des effectifs au sein des cabinets, ne lâche rien: il pointe ce samedi dans La Libre un dépassement du budget "avoisinant le million d'euros pour l'ensemble des cabinets".

Stéphane Hazée n'en démord pas dans La Libre de ce samedi. Le nouveau gouvernement wallon continue à prendre des libertés par rapport à son discours de rentrée, pavé de bonnes intentions. Le chef de groupe Ecolo au Parlement wallon, dans l'opposition, nous avait déjà prévenus d'un possible dépassement du nombre des effectifs au sein des cabinets.

L'astuce était simple: par la suppression effective d'un poste ministériel par rapport à la majorité précédente (PS-CDH), les autres cabinets pouvaient, par un jeu de vase communicant, ne pas se contraindre à baisser leurs effectifs. Pire, ils pouvaient même se permettre de les augmenter. Alors que l'objectif affiché était de baisser ces effectifs de 10%. Un acte manqué.

En fait, rien n'a changé ou presque par rapport à 2014, lorsque Paul Magnette, à la tête de l'exécutif wallon, décidait de modifier les règles de constitution des cabinets ministériels. À l'époque, MR et Ecolo tiraient la sonnette d'alarme. Un changement de majorité plus tard, il ne reste plus qu'Ecolo, alors que les règles du jeu ne semblent pas avoir fondamentalement changé entre-temps. Rappelons ici que le gouvernement wallon employait deux fois plus de collaborateurs que l'exécutif flamand en 2016.

Di Antonio (CDH), champion hors-catégorie

Ce samedi, le chef de groupe Ecolo pointe du doigt le budget du gouvernement wallon. Cinq des sept nouveaux cabinets ministériels ne respectent pas leur budget: "Un dépassement d’un montant avoisinant le million d’euros pour l’ensemble des cabinets", précise Stéphane Hazée.

Il était pourtant inscrit dans un arrêté que "le gouvernement a rédigé lui-même en août dernier". Stéphane Hazée a même pu chiffrer le dépassement du plafond pour chacun des cabinets. Le Vice-président MR Pierre-Yves Jeholet dépasse ainsi son budget de 491.000 euros. Sa collègue Valérie De Bue (MR) dépasse elle de 115.260 euros. Jean-Luc Crucke (MR) et René Collin (CDH) se limitent eux à 71.260 et 32.260 euros. Le champion toutes catégories en la matière? Carlo Di Antonio (CDH) avec 826.260 euros.

En fait seuls Willy Borsus (MR), ministre-président, et Alda Greoli (CDH) restent dans les clous. Et même mieux puisqu'ils sont respectivement à -16.520 euros et -510.700 euros.

Inscrire de vrais plafonds

Il ne vous aura pas échappé que certains chiffres sont communs. C'est normal: comme pour les effectifs, le budget du gouvernement wallon est vu comme un tout. Les moyens peuvent être transférés d'un cabinet à un autre. Sauf que même en utilisant cette méthode, "le calcul qui se trouve dans l’arrêté gouvernemental et qui doit permettre de déterminer le plafond pour chaque cabinet nous montre que c’est près d’un million d’euros en plus qui est utilisé pour l’ensemble des cabinets", explique encore Stéphane Hazée, toujours à La Libre.

On est donc bien loin des objectifs affichés et ambitieux en termes de bonne gouvernance. Même si certains de ces objectifs sont bien effectifs comme le plafonnement des rémunérations ou au niveau des conflits d'intérêts. Ecolo va donc proposer une résolution pour en finir avec l'ancien système, reconduit par la nouvelle majorité, et qui vise à plafonner le nombre de collaborateurs, fussent-ils détachés.

Déjà lu?

Déjà lu?