© iStock

Bilan positif pour le fédéral: le déficit budgétaire de 2017 devrait être inférieur à 1%

26 décembre 2017

Le déficit budgétaire équivalait 3,1% du PIB lorsque le gouvernement Michel a pris ses fonctions, soit 12,4 milliards d'euros. En cette fin 2017, il ne devrait pas dépasser les 4,5 milliards d'euros, soit moins d'1% du PIB. Ceci notamment grâce aux demandes de paiements anticipées des impôts.

Les recettes fiscales devraient être de 400 à 800 millions d'euros au dessus de l'objectif que s'était fixé le gouvernement Michel, rapporte L'Echo ce mardi. Le journal économique se base sur les prévisions faites par l'administration des Finances à la demande du ministre Johan Van Overtveldt (N-VA).

En novembre, le ministre des Finances estimait que les recettes fiscales allaient augmenter de 6,3% . En cette fin d'année, cette croissance dépasse en réalité les 10,3%. La cause de ce bilan positif? La pression mise sur les indépendants et les entreprises qui ne payaient pas d'impôts... anticipés. Depuis 2017, l'amende pour ceux qui ne paient pas ces impôts anticipés a doublé (6,75 % pour les entreprises).

L'effet positif de ces paiements se ressent au niveau du budget. Celui-ci équivalait 3,1% du PIB lorsque le gouvernement Michel a pris ses fonctions, soit 12,4 milliards d'euros. En cette fin 2017, en partie grâce à ces mesures, il ne devrait pas dépasser les 4,5 milliards d'euros, soit moins d'1% du PIB.

Moins pour 2018

Beaucoup d'entreprises et d'indépendants ont payé leurs impôts à l'avance pour éviter les frais supplémentaires. L'État s'est donc retrouvé avec 2,5 milliards d'euros d'impôts, parmi lesquels ces fameux 400 à 800 millions d'euros qui lui permettent de dépasser son l'objectif. En contrepartie, le fédéral touchera moins de revenus lorsque le fisc fera le solde des comptes annuel. Moins de majorations d'impôts signifie moins de recettes fiscales pour 2018.

Mais les paiements anticipés ne seraient pas la seule source d'augmentation des recettes du ministère des Finances. Un évolution de la croissance a entraîné une augmentation des revenus et a redonné la confiance aux consommateur. Les entreprises devraient donc augmenter leurs bénéfices, ce qui devraient apporter plus de taxes à l'état. Ces chiffres rejoignent le bilan dressé par le FMI il y a quelques jours. Le Fonds monétaire international a estimé que la situation économique en Belgique suivait une évolution positive. Un bilan qui est la preuve pour le ministre des Finances qu'il faut "poursuivre les réformes".

Déjà lu?

Déjà lu?