© iStock

Bah alors les gars? Petites pannes au lit? Le nombre de naissances est en chute libre en Belgique

4 janvier 2018

Que se passe-t-il dans les nids d'amour belges? Un nouveau rapport du SPF Economie est plutôt surprenant: les Belges font de moins en moins d'enfants, que ce soit en Wallonie, en Flandres et à Bruxelles. Les raisons? Une vie plus dure et les mentalités qui changent. 

Que se passe-t-il depuis 2010 en Belgique? Est-ce que les galipettes intéressent de moins en moins les Belges? C'est ce que l'on pourrait penser en regard du nouveau rapport du SPF Economie. Selon celui-ci, le nombre de bébé ne cesse de diminuer depuis 7 ans en Belgique. Des chiffres? Les voici: la Belgique comptait 121.161 naissances en 2016 dont 50.267 en Wallonie et en Région de Bruxelles-Capitale.

Six ans plus tôt, la région bruxelloise et la Wallonie comptaient 9.000 naissances supplémentaires par rapport à 2016. Cela représente une diminution de 15% en six ans. Les Flamands, eux, sont un peu plus "chauds lapins" mais accusent tout de même une baisse de 10% des naissances. On remarque également des différences entre provinces et devine quoi, c'est dans la province de Liège que l'on procrée le moins. Dans la région de la cité ardente, les naissances ont diminué de moitié en six ans tandis que dans les autres provinces se stabilisent avec une diminution de 10% de 2010 à 2016.

Changement de mentalité

Selon Bruno Schoumaker du Centre de recherche en démographie de Louvain-La-Neuve, cette baisse des naissances "n'est pas nécessairement significative sur une si longue période" explique-t-il dans La Capitale. Pourtant, cette diminution existe et elle s'explique plutôt facilement. On peut par exemple évoquer les conditions de vie de plus en plus difficiles mais Bruno Schoumaker donne d'autres raisons: "Le fait que les études soient de plus en plus longues et que les femmes désirent faire carrière peut expliquer cette diminution du nombre de naissances."

En fait, l'histoire se réitère: on avait connu pareil phénomène dans les années 60, quand les femmes ont commencé à s'affirmer et s'émanciper explique Schoumaker. En tout cas, ce n'est pas une question de fertilité, elle reste très stable chez les femmes mais qu'importe: les chiffres ne sont pas encore disponibles mais il est très probable que les naissances aient encore diminué en 2017. Mesdames, messieurs, vous savez ce qu'il vous reste à faire pour inverser la tendance, n'est-ce pas?

Déjà lu?

Déjà lu?