Envie de vacances au Mexique? Cinq États sont maintenant jugés aussi dangereux que l'Irak ou la Syrie

11 janvier 2018

Selon les États-Unis, il faut désormais fortement éviter de se rendre dans cinq États mexicains. Cette mise en garde est d'habitude réservée aux pays en guerre comme l'Irak ou la Syrie. Plutôt bon à savoir si tu souhaites partir là-bas en vacances.

Ah, le Mexique, ses plages, sa culture, son histoire. Mais aussi ses meurtres, ses trafiquants de drogue et ses États "en guerre". Avec plus de 23.000 homicides, 2017 a ainsi été une année record à ce niveau au Mexique.

Mêmes conseils pour les Belges

Et ce ne sont pas les recommandations du département d’État américain (l'équivalent du ministère des Affaires étrangères) qui sont de nature à rassurer avant de réserver ses vacances là-bas: il est recommandé aux touristes de ne pas se rendre dans les États de Colima, Michoacan, Sinaloa, Tamaulipas et Guerrero (dans lequel on retrouve notamment la célèbre station balnéaire d'Acapulco). C'est le genre de recommandations que les États-Unis donnent aussi pour des pays en guerre comme la Syrie, l'Irak, la Corée du Nord ou encore le Yémen ou la Somalie. Ambiance...

La Belgique, de son côté, est moins alarmiste avec ses ressortissants mais prévient tout de même: "De nombreux autres États du Mexique souffrent d’une insécurité importante liée à la criminalité organisée (trafic de drogues, d’armes, blanchiment d’argent et traite des êtres humains) et à la délinquance qui en découle. Le gouvernement fédéral mène campagne contre les cartels de drogue qui s’entredéchirent mais qui réagissent aussi aux opérations gouvernementales par des représailles très violentes. La vigilance est donc recommandée dans l’ensemble du pays. Dans les états spécifiquement indiqués, les voyages non essentiels sont déconseillés", peut-on lire sur sur le site de la diplomatie belge.

Les cinq régions "interdites" par les States sont également citées côté belge, même si les voyages sont "fortement déconseillés" ici seulement.

Narco-trafiquants

Une réalité difficile à encaisser pour le président Enrique Pena Nieto, élu en 2012 et qui lutte depuis (comme son prédécesseur Felipe Calderon) contre les narco-trafiquants qui gangrènent son pays. Mais cette lutte s'accompagne de violences, et les guerres de gangs continuent de faire rage. Rien que le week-end dernier, 18 personnes ont été tuées lors d'affrontements armés entre la police et des civils dans des stations balnéaires, dont Acapulco...

Pour te rassurer avant tes possibles vacances au Mexique, tu peux toujours te dire que le pays possède un taux d'homicides (pour 100.000 habitants) inférieur à des pays comme le Salvador, le Honduras ou le Guatemala, qui se situent également en Amérique Centrale...

Déjà lu?

Déjà lu?