© iStock

Les coursiers de Deliveroo font encore monter la pression: en plus de Bruxelles, la grève de samedi touchera Liège

11 janvier 2018

La soirée s'annonce très mouvementée ce samedi 13 janvier pour tous les coursiers de Deliveroo. Toujours en pleine négociation avec la direction, le "Collectif des Coursier-e-s/KoeriersKollectief", qui les rassemble, annonce un troisième mouvement de grève: place de la Cathédrale à Liège. En plus du centre de Bruxelles et de la rue du Bailli à Ixelles. Attends-toi à un beau bazar.

"Deliveroo t'es foutu, les livreurs ne livrent plus". Fini de rire, le ton se veut de plus en plus grave sur la page Facebook du Collectif des Coursier-e-s/KoeriersKollectief, le groupe qui rassemble et soutient les coursiers belges de l'application de commande de plats.

Toujours en bras de fer avec la direction concernant le changement de statut et de contrat des travailleurs, le Collectif compte bien multiplier les actions, jusqu'à ce que Deliveroo entende enfin leurs revendications. Et de fait, après avoir annoncé mercredi une "opération ZÉRO commande", qui prendra place ce samedi soir à Ixelles et dans le centre de Bruxelles, le Collectif vient de décider ce jeudi d'étendre le mouvement à une autre grande ville, cette fois en Wallonie.

Rue du Bailli, Bruxelles centre, place de la Cathédrale à Liège

"Nous avons le plaisir de vous annoncer que la grève des coursier-e-s s'étendra à Liège! Vous pouvez donc y prendre part en nous rejoignant samedi 13 janvier à 18 heures à Bailli (Bruxelles) ou à la place de la Cathédrale (Liège)", peut-on lire ainsi sur leur page Facebook.

Comme le mouvement organisé lundi dernier à Ixelles, les deux grèves de samedi se veulent ouvertes au public. "Enfourchez votre vélo et venez manifester devant chaque restaurant de Liège. Votre soutien envers les livreurs, ça sera comme une balade dans la jungle urbaine avec une multitude de cyclistes experts, et surtout une ambiance sympa et de la bonne musique", indique le Collectif sur l'événement Facebook spécialement créé pour l'occasion. Tu peux également soutenir les coursiers dans leur grogne "en contactant directement Deliveroo et en leur envoyant ce message 'Deliveroo, respectez vos coursiers et leurs revendications sinon #OnVaCuisiner'", signale encore le Collectif.

Concrètement, pour toi consommateur, cela risque d'être "impossible de passer commande dans le centre", nous avertissait hier le porte-parole francophone du Collectif des Coursier-e-s Douglas Sepulchre, contacté par nos soins. Au lieu de dégainer l'application, "on souhaite que les clients se joignent à nous, cuisinent eux-mêmes et nous soutiennent en partageant nos photos sur les réseaux sociaux avec le hashtag #OnVaCuisiner", souhaitait-il encore.

"Prêt à négocier jusque samedi 17h"

Pour rappel, les coursiers protestent contre leur obligation, décidée unilatéralement par Deliveroo, de s'inscrire comme travailleurs indépendants, et ce à compter du 31 janvier. Plus possible donc de passer par la SMart, qui leur garantissait, entre autres, une rémunération horaire (et non pas à la livraison), une assurance en cas d'accident de travail, ainsi qu'une prise en charge partielle des frais de téléphone et de réparation du vélo. De quoi craindre une diminution de 30 à 40 % de leur salaire, d'après des simulations réalisées par certains coursiers.

Mais si Deliveroo daigne enfin changer son fusil d'épaule, les grèves seront annulées. "On sera prêt à négocier jusque samedi 17 heures, sinon on commencera la grève à 18 heures", soulignait hier Douglas Sepulchre. Leur statut actuel de salarié étant un argument "non négociable" et leur "ligne rouge" à ne pas franchir.

Petit rappel de leurs revendications

Déjà lu?

Déjà lu?