© epa

Les constructeurs automobiles n'ont pas juste effectué des tests avec des singes, mais aussi avec des cobayes humains

29 janvier 2018

Entre 2012 et 2015, une étude d'inhalation à court terme aurait été réalisée chez des personnes en bonne santé. La semaine dernière, on découvrait déjà avec horreur que des tests étaient effectués sur des singes par des constructeurs automobiles comme Volkswagen, BMW et Daimler (Mercedes, Smart, etc.). Si cette dernière pratique était déjà très bizarre, l'idée de tester les gaz d'échappement sur des personnes semble l'être tout autant. 

Tant le Stuttgarter Zeitung que le Süddeutshe Zeitung rapportent que des tests ont été effectués sur des personnes sur base d'un rapport sur lequel ils ont réussi à mettre la main. Le rapport a été rédigé par l'Association européenne re recherche en matière d'environnement et de la santé dans le secteur des transports (EUGT) et financé par les constructeurs automobiles Volkswagen, BMW et Daimler. Selon le rapport, l'EUGT a mené une "étude d'inhalation à court terme" de dioxyde d'azote chez des personnes en bonne santé.

Aix-la-Chapelle

Selon les deux quotidiens allemands, l'EUGT aurait étudié les différents effets de la concentration du dioxyde d'azote sur 25 jeunes individus en bonne santé. Cela se serait déroulé entre 2012 et 2015 dans un institut dépendant de l'hôpital universitaire d'Aix-la-Chapelle, juste de l'autre côté de la frontière belge.

Selon le Süddeutsche Zeitung, l'expérience aurait démontré que l'inhalation du dioxyde d'azote ne provoquerait "aucune réaction". Le gaz inhalé ne provoquerait aucune réaction inflammatoire dans les voies respiratoires des individus testés.

Le dioxyde d'azote est l'une des substances nocives qui se trouve dans les gaz d'échappement. On sait que Volkswagen a manipulé pendant des années les résultats des tests de recherche sur les gaz d'échappement des voitures diesel. Le constructeur aurait modifié le taux de dioxyde pour que les voitures répondent aux normes légales des voitures diesel. Mais en réalité, les voitures dépassaient ce taux admissible.

Réaction de Daimler

Le fabricant Daimler (Mercedes, Smart, etc.) a réagi dans un communiqué sur son site et se dit choqué par l'utilisation de cobayes humains pour les recherches. "Nous nous dissocions explicitement de cette étude et de l'EUGT", explique le constructeur. "Nous condamnons les expériences dans les termes les plus forts."

Daimler précise dans la déclaration qu'il est impliqué dans la recherche de l'EUGT, mais n'a eu aucune influence sur la manière dont celle-ci a été menée. L'approche de l'EUGT "va à l'encontre de nos valeurs et de nos principes éthiques", a déclaré Daimler.

Dessins-animés

La semaine dernière, on avait déjà appris que l'EUGT avait mené ce type d'expérience avec des singes. Les animaux ont été exposés à des gaz d'échappement dans un espace confiné et analysés après coup. Cette recherche devait montrer qu'une VW diesel moderne est beaucoup moins polluante que les voitures plus anciennes. Volkswagen s'est excusé samedi pour ces tests effectués sur les singes.

"Dix singes ont respiré pendant des heures des gaz d'échappement, c'est dégoûtant et absurde", a déclaré le ministre-président de la Basse-Saxe. Cet état fédéral allemand est un actionnaire important de la société automobile et a exigé que des tests sur des animaux soient interdits.

Dans le rapport d'enquête sur l'affaire, le chercheur américain Jake McDonald affirme que les singes ont été placés dans des pièces étanches pendant quatre heures où ils ont respiré des émissions de voitures diesel. Pour garder les animaux tranquilles, les chercheurs ont mis les singes devant des dessins-animés pendant le test. "Ils adoraient regarder " a déclaré McDonald.

Déjà lu?

Déjà lu?