© EPA

Le gros malaise: Oxfam accusé "de crimes sexuels" sur des jeunes prostituées tant à Haïti qu'au Tchad

11 février 2018

Les accusations qui pèsent sur Oxfam sont extrêmement graves. Il est reproché à l'ONG d'avoir dissimulé aux autorités britanniques des "crimes sexuels" à l'encontre de prostituées de moins de 18 ans. Orgies, abus sur des bénéficiaires, les faits auraient été commis par certains responsables de l'organisation caritatives en 2010 à Haïti. D'autres seraient déjà intervenus en 2006 au Tchad. La secrétaire d’État du Développement international britannique menace de couper les vivres de l'ONG.

Mêler entreprise caritative et traite d'êtres humains, un cocktail ignoble préparé par Oxfam. Ce sont du moins les accusations qui pèsent sur l'ONG ces derniers jours. Il est reproché à l’organisation caritative d'avoir dissimulé des faits, dont le recours par certains responsables de l'organisation à des prostituées, mineures d'âge qui plus est. C'était à Haïti en 2010, soit après qu'un gigantesque séisme ait balayé l'île et provoqué une crise humanitaire.

Oxfam n'a pas tout dit

Oxfam, organisation caritative basée en Grande-Bretagne, a en fait omis de transmettre certains détails sur la nature des accusations visant ses employés. La Commission caritative, institution qui contrôle les organisations humanitaires, a indiqué avoir reçu un rapport mais incomplet.

En fait, dès 2011, Oxfam a lancé une enquête interne pour tenter d'éclaircir la situation. Le rapport qui en a découlé parle de "comportements sexuels inappropriés, des faits d’intimidation, de harcèlement et d’intimidation du personnel." Conséquences: quatre employés sont licenciés et trois autres démissionnent. Seulement l'ONG ne parle jamais "des abus sur des bénéficiaires" de son programme ni de "potentiels crimes sexuels impliquant des mineurs", ajoute la Commission dans des propos rapportés par l'AFP.

Orgie en T-shirts Oxfam

Or selon une enquête du Times parue ce vendredi, des groupes de jeunes prostituées étaient invités dans des maisons et dans des hôtels payés par Oxfam. Une source dit même avoir vu une vidéo d'une orgie avec des prostituées portant des T-shirts à l'éfigie de l'organisation.

La Commission caritative attend donc de pied ferme l'ONG dès ce lundi. La secrétaire d’État britannique du Développement international, Penny Mordaunt veut avoir des garanties "sur les valeurs morales" de l'ONG.

Dans le cas contraire, les autorités britanniques ne participeront plus au financement de l'ONG, ce qui représente quelque 10% du budget total. Oxfam a intérêt à montrer patte blanche: le journal Observer a également indiqué ce vendredi que des faits similaires ont été rapportés en 2006 déjà, c'était au Tchad.

Pour rappel, le responsable d'Oxfam Belgique, Roland van Hauwermeiren, avait démissionné en 2011 suite aux actes révélés vendredi. Il lui a été reproché à l'époque de laisser faire les choses sur l'île d'Haïti, alors en pleine crise humanitaire.

Le séisme qui a touché Haitï en janvier 2010 a fait 300 000 morts, 300 000 blessés et 1,2 million de sans-abris.

Déjà lu?

Déjà lu?