© Capture d'écran YouTube

Fin de la polémique? L'Union belge balaye les critiques et confirme Damso pour l'hymne des Diables Rouges

8 mars 2018

Damso interprétera bien l'hymne des Diables Rouges pour la Coupe du monde. Alors que les textes du rappeur font toujours autant polémique et que ce choix est vivement critiqué, l'Union belge a décidé de rester forte dans la tempête et a confirmé cette décision.

Les féministes, certains sponsors, quelques politiques... Difficile de trouver quelqu'un qui soutient Damso ces derniers jours. Face à toutes ces critiques, on imaginait que l'Union belge allait logiquement reculer et revenir sur son choix initial pour l'hymne des Diables Rouges en vue du Mondial. Mais pas du tout. C'est bien Damso qui fera danser Eden Hazard and co pour la Russie.

"Un exemple d'intégration"

"Une polémique est ainsi apparue il y a quelques mois alors que la chanson pour laquelle l’Union Belge est concernée n’est pas encore sortie à l’heure actuelle. Celle-ci nous a toutefois déjà été présentée par l’artiste et nous a entre autres énormément charmés de par son message ô combien rassembleur", explique l'Union dans un communiqué. "À l’heure actuelle, la Fédération Belge de Football se trouve, malgré elle, de nouveau face à cette même polémique, mais nous ne tenons cependant pas à être pris en otage de celle-ci et réaffirmons une nouvelle fois notre choix."

Les sponsors seront d'ailleurs bientôt invités pour une première écoute de ce fameux morceau, et les dirigeants du football belge profiteront de cette occasion pour justifier à nouveau le choix Damso. Un artiste "encensé de toutes et en dehors de nos frontières", "fier papa d’une petite fille" et qui est "un exemple d’intégration", comme le souligne l'Union dans son communiqué.

"Polémiques grotesques"

Est-ce que ces explications seront convaincantes? La pression politique pourrait s'intensifier dans les jours à venir. Ce qui est sûr, c'est que la polémique a passablement énervé du côté de l'Union. "Le procès qu’on nous fait est un faux procès, basé sur les antécédents de Damso", s'agace une source proche du dossier dans le Soir. "Quand on avait choisi Stromae (pour le Mondial 2014), il était trop francophone. Quand ce furent Dimitri Vegas et Like Mike (pour l’Euro 2016), il n’y avait pas assez de paroles. Et puis quoi? On critiquera le choix d’une femme parce qu’il ne s’agit pas d’un homme, d’un Blanc parce qu’il ne s’agit pas d’un Noir? C’est risible. L’Union belge est attaquée de toutes parts pour créer des polémiques grotesques."

Le principal intéressé, longtemps silencieux face aux critiques, a réagi via Twitter. "S'ils utilisaient toutes les ressources médiatiques pour promouvoir plusieurs artistes belges plutôt que d'en critiquer un seul, la Belgique ne serait plus la même", a balancé Damso, accompagnant ce message de plusieurs captures d'écran d'articles de presse évoquant cette polémique. Un peu plus tard, il a simplement mis un smiley pour commenter la décision de l'Union de le soutenir. Un message qui a été "liké" un peu moins de 3.000 fois en 8 heures. Preuve que tout le monde ne déteste pas Damso, finalement.

Déjà lu?

Déjà lu?