© Getty Images/EPA

Ecolo, prêt pour entamer le printemps! MR et PS, toujours au coude-à-coude

9 mars 2018

Le Grand Baromètre Ipsos-Le Soir-RTL-TVI-Het Laatste Nieuws-VTM est sorti ce vendredi et il vient confirmer certaines tendances, il en infirme d'autres. Les gagnants: Ecolo, et... le PS. Ensuite, il y a ceux qui stagnent: MR et DéFi.  Enfin, il a ceux qui se tassent: PTB et cdH. On tire ça au clair.

Il est toujours bien de préciser, avant de commenter un sondage, qu'il s'agit d'une photographie dans le temps. Aucun grand enseignement ne peut être tiré à six mois des élections communales et à un an des élections législatives. Mais il y a des tendances qui ne trompent pas. Sondage après sondage, on peut comparer et esquisser une lame de fond.

En Wallonie

Commençons par la petite surprise du jour: le PS rebondit dans le sud du Pays. Les socialistes atteignent 23,9% des intentions de vote pour 19,5% en décembre dernier. Ce score permet au PS de redevenir le premier parti de Wallonie, ce qui vient confirmer une autre tendance positive au niveau communal cette fois.

Le PS est suivi de près par le MR qui a peu bénéficié de sa prise de responsabilité au niveau wallon. Mais il n'en a pas trop souffert non plus, ce qui est un petit exploit quand on exerce des fonctions exécutives. Le MR baisse légèrement de 22,1 à 21,2% des voix. Notons que les deux partis dominants, toujours au coude-à-coude, ont tous les deux perdu des plumes par rapport aux élections fédérales de 2014.

Ce qui n'est pas le cas d'Ecolo. Il s'agit même d'une sorte de résurrection pour le Verts. Ils ont presque doublé leur score de 2014 pour atteindre aujourd'hui 13,5% des intentions de vote. En Wallonie, une coalition PS-Ecolo éclaterait la concurrence MR-CDH avec 37,4% contre 28,4%. Bien, mais pas suffisant. Un autre parti doit entrer dans la danse en cas de future majorité.

Peut-être DéFi qui stagne à 6,3% contre 6,5% en décembre dernier. Le parti d'Oliveir Maingain n'a pas encore réussi sa percée en Wallonie même s'il était inexistant en 2014. Pour le PTB, l’embellie de décembre se calme un peu. lLes communistes sont en baisse, mais peuvent encore se targuer d'un score de 17,3%. Le CDH a toujours autant de mal à rattraper le mauvais coup de son président Benoît Lutgen. Le parti humaniste est toujours bien en crise.

Au niveau des personnalités politiques, Paul Magnette est toujours le préféré des Wallons, suivi par un étonnant Maingain et Didier Reynders. Même si ce dernier pourrait dire adieu à la politique belge.

Et à Bruxelles?

PS et MR sont aussi au coude-à-coude, encore et toujours. Le MR progresse très légèrement quand le PS en fait tout autant dans l'autre sens. DéFi, surpuissant en décembre dernier complète le podium avec une baisse d'un point et demi. Attention, il est presque rattrapé par Ecolo qui poursuit son petit bonhomme de chemin à 13,5% des intentions de vote.

PTB et CDH stagnent dans le fond du classement entre 6 et 8%. Mais Bruxelles a cette particularité qu'il faut compter avec des partis flamands. Chaque groupe linguistique doit être en majorité pour former une future coalition. Et sans surprise, c'est la N-Va qui caracole en tête avec 6% des intentions de vote, soit le même score que le CDH. Il n'y a toutefois pas de changement par rapport à décembre. Groen suit en 2e position avec 3,6 suivi par l'Open VLD. Le SP.A ne représente plus rien (0,4%).

Si rien ne change, là encore, PS et Ecolo ont les cartes en main.

Pour les personnalités politiques, on prend les mêmes mais on mélange. Olivier Maingain mène les débats (DéFi), suivi par Paul Magnette (PS) et Didiers Reynders à stricte égalité. Même si Didier Reynders pourrait dire adieu à la politique belge.

En Flandre

La N-VA reste sur son petit nuage à 31,3%, premier parti de Flandre et de Belgique avec une légère augmentation par rapport à décembre. Groen ne confirme pas ses bonnes intentions de fin d'année, ce qui montre à quel point la Wallonie et la Flandre restent deux mondes différents, voire hermétiques.

Quoique? La plus belle progression se fait au niveau du SP.A avec 3% de mieux (13%), ce qui doit plaire à son voisin du sud. Le socialisme n'est finalement pas mort en Belgique, même si les socialistes flamands sont toujours derrière le CD&V (15,1%), mais juste devant l'Open VLD (12,7%).

Enfin au niveau des personnalités publiques, Michel prend la 3e place du podium derrière De Wever et Francken (N-VA). La politique menée par le gouvernement fédéral semble plaire au nord du pays, qui plus est, avec un Premier ministre qui s'exprime dans sa langue.

Mais au vu des résultats, la reconduction d'une Suédoise s'annonce périlleuse. Le MR devra sans doute se trouver un allié de circonstance, mais qui? Le CDH ne veut, pour l'instant, pas entendre parler de la N-VA. Mais le pragmatisme politique change bien des situations.

Déjà lu?

Déjà lu?