© epa

Seule candidate et sans suspense, Marine Le Pen est réélue présidente du Front national

11 mars 2018

La présidente du Front national a été réélue à son poste et entamera donc son troisième mandat. Le résultat de ce scrutin, pas du tout serré, a été dévoilé ce dimanche lors du congrès du parti, réuni à Lille. Aucun suspense, puisqu'elle était seule à se présenter. 

Suite à sa claque magistrale aux élections présidentielles françaises le 7 mai dernier, Marine Le Pen avait annoncé une refonte complète de son parti. Chose dite, chose faite, les élus du Front national sont actuellement réunis en congrès à Lille pour tout le week-end. Au programme: vote des nouveaux statuts du FN, discussions autour d'un changement éventuel de nom et élection d'une nouvelle tête pour sa présidence.

Mais sur ce dernier point, il n'y a pas eu de renouveau. En effet, Marine Le Pen vient d'être réélue à la tête du Front national, position qu'elle occupe depuis 2011. Aucune surprise, aucun suspense puisque la députée du Pas-de-Calais était la seule candidate à se présenter au scrutin.

Jean-Marie Le Pen dégagé du Front national

Le vote s'est déroulé par voie postale au cours de ces dernières semaines. Côté chiffre, les quelque 1.500 militants frontistes ont dit oui à Marine à 100 % des suffrages exprimés. Il y a toutefois eu 2,87 % de bulletins blancs ou nuls.

Autre résultat, lui aussi non surprenant, les militants ont approuvé à 79,7 % des voix exprimées les nouveaux statuts du parti, contre 20,2 % qui ont dit non. Ceux-ci prévoient l'exclusion entière et définitive de Jean-Marie Le Pen. Le père de Marine, et ex-président du FN pendant 39 ans (de 1972 à 2011), avait été radié en 2015 par sa fille elle-même, suite à ses propos polémiques répétés sur la Shoah. S'en est suivi une longue bataille judiciaire familiale. Le jugement final avait confirmé l'exclusion de Jean-Marie Le Pen, tout en lui accordant tout de même la fonction de président d'honneur. Un poste qu'il vient donc de perdre.

Un peu plus tard dans la journée, Marine Le Pen doit également dévoiler le tout nouveau nom qu'elle souhaite donner au FN. Son nom actuel, datant de l'ère Jean-Marie Le Pen, est souvent vu comme un obstacle majeur à la conquête du pouvoir. Mais là aussi, il faudra convaincre les militants, et ce n'est pas gagné tant ils sont nombreux à ne pas vouloir changer cette "marque". Marine Le Pen, elle-même, avait longtemps été opposée à cette idée...

Déjà lu?

Déjà lu?