© iStock

Pour éviter de nouvelles fusillades dans les écoles, Donald Trump propose de former les professeurs à bien tirer

12 mars 2018

Après avoir provoqué une levée de bouclier des écoles en proposant d'armer les professeurs et le personnel, Donald Trump continue sur sa lancée. Sa administration annonce, cette fois, qu'elle débloquera de l'argent du Département de la Justice pour aider les États à mettre en place des programmes d'entraînement au tir dans les écoles.

Depuis la fusillade du lycée de Parkland en Floride - où un ancien élève de 19 ans avait fait irruption, abattant de sang froid 17 personnes le 14 février dernier - les États-Unis sont en train de chercher une solution pour éviter de nouvelles tueries de masse.

Plutôt que de remettre en question le port d'armes dans le pays et la facilité avec laquelle il est possible de se procurer une arme très jeune, Donald Trump a d'autres plans en tête. Face à la pression nationale, le président américain s'est prononcé récemment en faveur d'un contrôle renforcé des antécédents des acheteurs, de manière à éviter de filer un flingue à une personne dérangée mentalement. Ensuite, il a créé le tollé en proposant d'armer les professeurs et le personnel des écoles pour qu'ils puissent intervenir avant que les forces de l'ordre n'arrivent sur place. Il faut dire que le contexte ne s'y prêtait guère, puisqu'il a fait cette déclaration à la Maison-Blanche... devant des rescapés de la fusillade de Parkland.

"Durcir" les écoles

Mais toujours sur la même lignée, Trump persiste et signe, en proposant maintenant son aide aux États pour organiser des formations de tir dans le but de "durcir" les écoles. "L'administration [Trump] va travailler avec les États pour mettre en place des formations rigoureuses au maniement des armes, à destination de membres du personnel volontaires dans les écoles, spécifiquement qualifiés", a ainsi déclaré Andrew Bremberg, directeur des services de police et conseiller du président, ce dimanche dans un entretien téléphonique au Washington Post.

Ce ne serait pas une première, puisqu'il existe déjà à travers le pays une "multitude" de programmes visant à former au tir le personnel des écoles, souligne un autre responsable gouvernemental, toujours au Washington Post. La Maison-Blanche fournira donc un financement venant du Département de la Justice pour développer davantage ces initiatives, sans toutefois avancer de chiffres précis.

L'âge légal d'achat restera 18 ans

Le côté prévention n'a pas été oublié. Les responsables de la sécurité intérieure travailleront avec les États pour également développer toute une série de campagnes de sensibilisation encourageant les gens à rester vigilants et à signaler tout signe potentiel de terrorisme.

Dans le même temps, la Maison-Blanche a officiellement approuvé le projet de loi visant à renforcer le système de contrôle fédéral des antécédents des acheteurs d'armes... tout en rejetant un autre projet de loi qui permettrait de pallier de fait les lacunes existantes de ce système de contrôle. En outre, le projet d'augmenter l'âge minimum légal de 18 à 21 ans pour acheter certaines armes lourdes a, lui aussi, été rejeté. L'appel avait pourtant été lancé par Donald Trump lui-même.

Dernière nouveauté, la Maison-Blanche appelle les États à adopter, à l'instar de la Floride, des décrets temporaires de "prévention des risques", qui permettent à la police de retirer les armes à des personnes considérées comme menaçantes et de leur interdire d'en acheter de nouvelles, a encore annoncé Andrew Bremberg.

Ces mesures restent toutefois des petits pas, toujours soumis à une forte pression de la National Riffle Association (NRA), le puissant lobby d'armes du pays.

Déjà lu?

Déjà lu?