© epa

Doucement, la porte se referme: Trump veut envoyer des militaires à la frontière mexicaine

4 avril 2018

Donald Trump a annoncé qu'il enverrait des soldats à la frontière avec le Mexique pour arrêter les migrants illégaux. Le président américain a déclaré que tant que son fameux mur avec le Mexique n'était pas construit "il allait s'occuper des choses militairement". Il a qualifié cet envoi militaire de "grand pas" mais n'a pas vraiment donné de détails.

"Nous ne pouvons pas laisser les gens entrer illégalement dans notre pays, puis disparaître et ne jamais se présenter devant les tribunaux", a déclaré Trump. Le président a également affirmé avoir déjà discuté de la question avec son ministre de la Défense, James Mattis.

Le mois dernier, il a menacé de mettre son veto sur le nouveau budget fédéral car il ne comprend pas un financement complet pour son fameux mur.

Ce mur qui devrait être construit à la frontière avec le Mexique, et payé par le pays, était l'une de ses grandes idées électorales. Lors de chaque réunion de campagne, ses fidèles fans scandaient "construisez ce mur".

Maintenant, Trump est président depuis plus d'un an et il existe tout au plus quelques prototypes du mur. Le coût est estimé entre 20 et 70 milliards et le Congrès doit se mettre d'accord concernant son financement. Et pour le moment, les républicains ne semblent pas pressés.

Ces deux derniers jours, le président a tweeté à plusieurs reprises car il est agacé que son mur ne soit toujours pas là. Et le fait que les démocrates soutiennent les Dreamers, les centaines de milliers de jeunes qui sont venus illégalement aux États-Unis avec leurs parents quand ils étaient enfants, provoque encore plus sa colère. "Les démocrates veulent permettre l'ouverture des frontières, la drogue et la criminalité", a-t-il tweeté.

La porte se referme doucement

Même s'il n'est pas visible, Trump construit petit à petit un mur autour des États-Unis. Sa nouvelle politique d'immigration prend forme et elle est encore plus redoutable que le mur. L'agence ICE, responsable de la déportation des migrants sans carte de séjour, a reçu le champs libre.

Le gouvernement met également un frein à l'immigration légale. Les règles relatives aux visas H-1B, particulièrement populaires parmi les travailleurs de la Silicon Valley, sont en train d'être renforcées. L'Amérique accueillera beaucoup moins de réfugiés. Lentement la porte se referme.

Déjà lu?

Déjà lu?