© Twitter Trump

Au jeu du "qui a la plus grosse", Trump ajoute 100 milliards de dollars de taxes sur les produits chinois

6 avril 2018

Cela fait quelques jours que la tension monte radicalement entre la Chine et les États-Unis. Les deux géants se menacent de taxes gigantesques sur leurs importations respectives et pour l'instant, c'est Trump qui a posé le plus gros chiffre: 150 milliards de dollars au total.

Après avoir menacé l'Europe de taxes massives sur ses exportations d'acier, puis s'être retiré, le président américain Donald Trump a jeté son dévolu sur la Chine. Il semblerait que le géant asiatique parfois considéré comme la première puissance économique mondiale soit dans le viseur du président/homme d'affaires/milliardaire.

Mardi, l'administration Trump a présenté une liste de produits en provenance de Chine sur lesquels elle augmenterait les taxes douanières de 50 milliards de dollars. La réponse de Pékin n'a pris que quelques heures à venir: une liste de produits américains (soja, auto, aéronautique) sur lesquels l'augmentation des taxes donnerait le même montant. Jeudi, Washington a donc répliqué avec une augmentation encore plus importante: 100 milliards de dollars. Ce qui nous fait donc un total de 150 milliards de dollars (environ 122,5 milliards d'euros).

"Le président Trump propose une réponse appropriée à la récente menace de la Chine d’imposer de nouveaux tarifs douaniers. Après une enquête détaillée, nous avons trouvé des preuves irréfutables que les actions déraisonnables de la Chine menaçaient l’économie américaine", a déclaré le Bureau du représentant américain au commerce (USTR).

Pas d'inquiétude sur les marchés

Bien que ces menaces ont des airs de querelles de récréation, elles impliquent rien qu'en comptant la Chine et les États-Unis quasiment 2 milliards de consommateurs. Mais cette escalade commerciale pourrait aussi avoir des conséquences sur le reste des pays du globe, vers qui les deux grosses puissances se tourneraient en cas de désaccord commercial.

Les analystes ont déclaré qu'une véritable guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine ne serait pas bonne pour l'économie mondiale ou les marchés - et que les négociations en coulisses entre les deux géants sont cruciales. Pourtant, les marchés ne semblent pour le moment pas inquiets. À en voir les bourses asiatiques ce vendredi matin, les investisseurs gardent espoir. En Chine, le Hang Seng de Hong Kong était positif, avec une hausse de 1,5% et le Nikkei 225, l'indice de référence du Japon, était en hausse. Espérons donc que ces échanges du tac au tac soient juste une façon de dynamiser les marchés.

Déjà lu?

Déjà lu?