© epa

Facebook t'avertira aujourd'hui si tu as été touché par le vol de données privées: voici tout ce qu'il faut savoir

9 avril 2018

Ce lundi est la date fatidique: c'est aujourd'hui que tu sauras enfin si tu fais partie des dizaines de milliers de Belges touchés par le scandale Cambridge Analytica. Tu en seras directement averti via un bandeau qui s'affichera sur ton fil d'actualité sur Facebook. Que devras-tu faire dès lors? On t'explique tout cela en détails.

60.957. C'est le nombre de Belges qui ont été affectés par le scandale mondial Cambridge Analytica. Cela signifie qu'il est probable que toi-même tu aies téléchargé l'application frauduleuse "thisisyourdigitallife" (qui a permis de transmettre les données personnelles d'utilisateurs Facebook à la firme britannique via un questionnaire psychologique) ou aies été en contact avec via un de tes contacts qui l'a uploadée. Tu en auras en tout cas le coeur net ce lundi, puisque Facebook préviendra aujourd'hui les 87 millions d'utilisateurs touchés dans le monde entier.

Concrètement, si tu fais partie des victimes - n'ayons pas peur des mots - tu en seras averti via un bandeau visible en haut de ton fil d'actualité. Il te faut donc simplement te connecter sur ton compte Facebook et cliquer sur ton accueil. Si tu ne vois rien apparaître, c'est que tu n'es pas concerné par l'affaire, et c'est tant mieux pour toi.

Une première démarche importante à entreprendre

Si, au contraire, tu vois ce bandeau, il y a une démarche essentielle à entreprendre: introduire une plainte auprès de la Commission de la protection de la vie privée (CPVP). De préférence par écrit à l'adresse suivante: rue Haute 139, 1000 Bruxelles. Tu peux également envoyer un mail à commission@privacycommission.be. Et si tu as des questions à poser, tu peux joindre la commission vie privée à ce numéro: 02 213 85 40.

Une fois ta plainte introduite, la CPVP commencera par vérifier si celle-ci est recevable (si tu fais bien partie des Belges affectés). Elle cherchera ensuite une solution par voie de médiation. Attention, elle n'a pas les qualités d'un juge: elle ne rend ni jugement, ni arrêt et elle ne peut pas non plus infliger d'amendes.

Alors pourquoi c'est tout de même important de le faire? La décision de sanctionner ou non Facebook appartient à "l'autorité de contrôle de l'État membre dans lequel se trouve l'établissement principal de celui qui traite les données", explique la Commission de la protection de la vie privée dans un communiqué. Dans le cas de Facebook, c'est donc l'Irlande qui aura le dernier mot, ou plus précisément l'Information Commissioner’s Office (ICO) qui est en charge de l'enquête. "Le Comité européen de la protection des données peut cependant aussi se saisir d'affaires si cela s'avère nécessaire", poursuit-elle. Comme l'enquête est internationale et qu'en définitive toutes les autorités de contrôle nationales devront suivre la décision finale, voilà tout l'intérêt pour les Belges de déposer plainte auprès de la CPVP.

Une seconde démarche plus offensive

Si tu n'es toutefois pas satisfait de cette première démarche, tu peux également porter plainte auprès d'un juge ou du procureur du Roi auprès du tribunal de première instance de ton domicile. Tu trouveras toutes les informations importantes à savoir dans ce document ici.

En ce qui concerne le calendrier à venir, le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, doit venir au Congrès ces mardi et mercredi pour témoigner face aux députés américains. Le jeune milliardaire devra expliquer comment son groupe a pu perdre ainsi les données de dizaines de millions d'utilisateurs. Au niveau européen, une nouvelle loi sur la protection de la vie privée sera d'application dès le 25 mai prochain. "On s'attend à ce que celle-ci mette fin à de tels abus de données à grande échelle", espère la Commission de la protection de la vie privée... et nous aussi!

Déjà lu?

Déjà lu?