© epa

Plutôt gênant: Kim Jong-un ne disposerait pas d'avion capable de faire la route pour aller rencontrer Donald Trump

11 avril 2018

C'est un petit évènement: Donald Trump et Kim Jong-un doivent bientôt se rencontrer. Par contre, on ne sait pas encore où se tiendra cette réunion historique. Et c'est plutôt important puisque selon la destination, Kim Jong-un ne pourra pas y aller faute d'avion digne de ce nom...

Bientôt, Donald Trump et Kim Jong-un se serreront la pince lors d'une rencontre historique entre les deux chefs d'État qui adorent se détester. On ne connait ni la date de cette rencontre, ni le lieu. Et cela a son importance, plus que tu ne le penses.

Car si il est probable que cette rencontre se fasse à Panmunjeon, une ville démilitarisée de Corée du Nord, Trump serait plus favorable à un lieu neutre comme la Suisse, l'Islande ou la Suède. Et c'est là que ça pose problème: Kim Jong-un ne disposerait pas d'un avion capable de faire le trajet. Ça le fout mal.

Vieux avions soviétiques

En effet, le leader nord-coréen ne disposerait pas d'avion capable de faire la route d'une traite. Il serait obligé de faire escale pour faire le plein explique des spécialistes au Washington Post. C'est possible puisque le seul voyage international que Kim Jong-un a fait était à destination de la Chine. Il avait fait le trajet... en train. Plutôt inhabituel pour un chef d'État.

Du coup, ça se bidonne du côté de la CIA: "On avait l'habitude de rigoler à propos de ça" a déclaré l'ex analyste de la CIA Sue Mi Terry au Washington Post, "Nous plaisantions sur les vieux avions soviétiques". "Ils n'ont pas d'avion capable de traverser le Pacifique" ajoute Joseph Bermudez, un autre analyste de 38 North, un groupe de réflexion nord-américain spécialiste de la Corée du Nord. Du coup, Kim Jong-un serait forcé de faire une escale pour faire le plein, un signe de faiblesse montrant les limites de l'armée nord-coréenne.

Avis contraires

Mais d'autres experts disent le contraire. Certains pensent que la flotte nord-coréenne est tout à fait capable de faire de longs trajets. Charles Kennedy, un journaliste spécialisé en aviation, explique au Washington Post: "Air Koryo, la compagnie aérienne nord-coréenne, dispose de deux avions à réaction Tupolev, l'équivalent du Boeing 757, qui ont un rayon d'action de 4.800 kilomètres."

Et si ce n'est pas le cas, Victor Cha, conseiller principal au Centre d'études stratégiques international, estime qu'il ne faut pas s'en faire. Si Kim Jong-un n'a pas l'avion adéquat, le pays où sera organisé la rencontre pourra fournir de quoi faire le voyage. Mais ce serait bien embarrassant pour le dictateur qui tente depuis des années de donner une image d'une Corée du Nord puissante en tout point.

Déjà lu?

Déjà lu?