Quand des fonctionnaires de l'Afsca balancent leur ministre: vers une nouvelle affaire de viande avariée en Wallonie?

12 avril 2018

Visiblement vexés par les critiques de Denis Ducarme (MR), ministre de tutelle de l'Afsca, après l'affaire Veviba, certains fonctionnaires ont voulu prendre leur revanche. Sous couvert d'anonymat, plusieurs  sources ont révélé mardi à la RTBF une nouvelle affaire de viande avariée en Wallonie. Elle concerne l'entreprise Derwa et son atelier "La Vieille Abbaye". Problème: le ministre aurait volontairement laissé l'entreprise reprendre son activité après un recours perdu en justice. Pour une histoire de collusion?

Rappel des faits. Mardi, plusieurs sources anonymes expliquent à la RTBF que l'Afsca a constaté de nombreuses infractions chez Derwa et spécifiquement à "La Vieille Abbaye", un atelier de charcuterie de la région liégeoise. Il est notamment question d'utilisation de jambon congelé et périmé dans la fabrication du saucisson de jambon.

L'Affaire Derwa

Les symptômes font étrangement penser à l'affaire Veviba: mauvaise traçabilité des denrées alimentaires, équipement obsolète et mauvaise hygiène générale. La procédure s'enclenche: entre le 8 décembre 2016 et le 19 juin 2017, un avertissement et deux procès-verbaux sont rédigés contre "La Vieille Abbaye". Trois jours plus tard, une mesure d'interdiction est prise pour toute denrée alimentaire sur le marché, explique le cabinet de Denis Ducarme ce mercredi.

Finalement, après deux recours sans succès, l'atelier se voit priver de son agrément en août 2017. L'histoire aurait pu se terminer là. Mais la famille Derwa n'avait pas dit son dernier mot. Constatant une irrégularité dans la composition de Commission de recours, et les droits de la défense n'ayant visiblement pas été respectés, le tribunal de première instance de Liège rejette la fermeture provisoire de l'atelier. Denis Ducarme décide de ne pas faire de recours. L'activité reprend dans "La Vieille Abbaye". Le ministre était convaincu de ne pas pouvoir gagner. À qui la faute? À l'Afsca, "qui n'aurait pas respecté pleinement les droits de la défense".

On est pas du tout du même avis du côté de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire. On commence même à s'énerver en interne du ministre de tutelle. L'affaire Veviba et les critiques de Denis Ducarme contre l'Afsca ont laissé de traces. Des fonctionnaires veulent le voir tomber, explique ce jeudi Le Soir.

Ducarme, accusé de collusion

Le mois dernier, Derwa, au bord de la faillite, est repris par le consortium Belgium Meat Partners. Problème: "L’identité d’un des éléments du consortium repreneur est Caroline Cassart-Mailleux". Elle est aussi élue MR et une tête bien connue de l'agriculture belge. L'affaire alimentaire bascule dans tout autre chose.

Caroline Cassart-Mailleux est bourgmestre d'Ouffet et députée à la Chambre. Elle fait par ailleurs partie de la famille de Benoit Cassart, ex-conseiller du ministre Ducarme, explique toujours Le Soir. Tout ce petit monde se connaît, pas de doute.

Mais quel est le problème? La même source anonyme s'interroge: une perte d'agrément n'aurait sans doute pas arrangé le consortium. Le ministre a peut-être voulu, volontairement, ne pas faire d'appel de la décision du tribunal de première instance de Liège pour faciliter la reprise. "Et nous attendons avec impatience l’identité des repreneurs de Veviba pour voir si elle figure parmi eux ou pas", lance la source dans une autre accusation.

Il s'agit d'accusations très graves qui pourraient faire potentiellement tomber le ministre. Mais ce dernier se défend depuis son lieu de vacances: "En tant que ministre, je subis diverses pressions (...). Dans mes dossiers, il n'y a jamais de copinage". Caroline Cassart-Mailleux, elle, s'offusque: "Je ne suis mêlée ni de près ni de loin à l’affaire Derwa et ses fuites judiciaires."

Le(s) scandale(s) de trop?

Pour l'heure, aucune preuve ne vient étayer ces accusations. Mais Denis Ducarme traînerait plusieurs casseroles, affirme cette même source. Comme lors de la crise du fipronil de l'été dernier où "une ingérence bizarre" a été constatée. Pour faire court, Denis Ducarme aurait maintenu sous respiration artificielle un grossiste ayant été pris en flagrant délit de fausses informations sur la traçabilité des œufs. Un grossiste proche d'un conseiller de... Pierre-Yves Jeholet (MR), ministre wallon de l'Economie. Là encore, il s'agit de sous-entendus. Qui sont "faux", répond le cabinet du ministre.

Ecolo s'est saisi du dossier et milite de longue date pour une réforme de l'Afsca. Une réforme qui ferait faire un pas de côté au ministre Ducarme après un énième scandale. Le PS pousse également vers une sortie du ministre le l'Agriculture. Il est attendu "au plus vite" à la Chambre.

Déjà lu?

Déjà lu?