© EPA

AB InBev va brasser de la bière avec une toute nouvelle technologie pour que celle-ci reste bonne plus longtemps

12 avril 2018

Au Global Innovation and Technology Center (GITC) de Louvain, le plus grand fabricant de bière AB InBev a développé une nouvelle technique pour rendre le processus de brassage plus respectueux de l'environnement. Il ajoute des bulles de gaz sans processus de cuisson. L'innovation s'inscrit dans les objectifs 2025 de durabilité de la brasserie et elle est partagée gratuitement avec les petites brasseries.

En mars, AB InBev a annoncé un certain nombre d'objectifs de développement durable ambitieux pour 2025. La brasserie se concentre, entre autres, sur l'agriculture intelligente, la gestion de l'eau et l'emballage circulaire. La technique innovante d'ajout de bulles à la boisson s'inscrit dans ces objectifs et entraînerait une réduction des émissions de CO2. C'est ce que dit AB InBev dans un communiqué de presse.

Des bulles sans cuisson

La cuisson est cruciale pour ajouter des bulles à la bière. "La cuisson et ces bulles de gaz sont la "vache sacrée" dans le processus de brassage: presque tous les brasseurs passent par un processus de cuisson", explique David De Schutter, directeur de la Recherche et du Développement d'AB InBev pour l'Europe.

Les bulles sont traditionnellement créées avec de la vapeur, un processus qui requiert beaucoup de chaleur et d'eau. La nouvelle technique d'Ab InBev nécessite moins d'énergie. Le gaz est maintenant soufflé dans la bouilloire de brassage, à la suite de laquelle la réaction thermique se produit sans que le liquide ne soit porté à ébullition. Pour les fans purs et durs, pas d'inquiétude: le goût ne change pas et la bière peut même être conservée plus longtemps.

Brevets gratuits pour les petites brasseries

AB InBev est convaincue que cette technique suscitera beaucoup d'intérêt de la part d'autres brasseurs. L'entreprise veut donc donner un coup de pouce aux petites brasseries en leur accordant une licence gratuite.

Les grandes brasseries devront payer une redevance en fonction de leur volume et de l'impact que ce changement aura sur eux. AB InBev estime que l'innovation sera rentable dans deux ans.

Soutien

Le ministre flamand du travail, de l'économie, de l'innovation et du sport, Philippe Muyters (N-VA), soutient l'initiative d'AB InBev: "Le développement d'AB InBev montre qu'une bonne innovation génère des bénéfices dans de nombreux domaines. C'est une autre preuve que notre industrie est préoccupée par les questions de durabilité, d'énergie et de changement climatique. Et cela nous rend tous meilleurs, à la fois la planète et l'économie. Le partage des connaissances avec d'autres brasseries peut considérablement renforcer notre riche culture de la bière. Je lève déjà mon verre."

1.200 piscines olympiques

Si la technologie est utilisée dans toutes les brasseries AB InBev, cela entraînera une réduction de 5% des émissions de CO2. Cela correspond à la consommation d'énergie de 120.000 familles par an et une économie d'eau de la taille de 1.200 piscines olympiques.

Mais une application mondiale prendra probablement du temps. Pour le moment, la technique n'est appliquée que dans les brasseries de Louvain, Jupille et Magor (Royaume-Uni).

Déjà lu?

Déjà lu?