Ces affiches africaines des plus grands blockbusters hollywoodiens valent vraiment le coup d'oeil

21 avril 2018

Il fut une époque où les affiches étaient presque aussi importantes que les films. Certaines d'entre elles ont marqué l'histoire du cinéma, n'ayons pas peur des mots. Mais en Afrique, dans les années 80 ou  90, les choses n'étaient pas si simples: les illustrateurs devaient souvent composer sans avoir vu le film, sans connaître le casting ou même le scénario. Ça donne des images aussi surprenantes que drôles.

Comme le rappelait CNN, pas facile d'illustrer un film en Afrique dans les années 80/90. Internet n'existait pas ou peu, la diffusion des films dans les salles obscures était rare, leur publicité encore davantage. Les gérants de salles de cinéma ont dû toutefois faire appel à des artistes locaux. Car un film sans affiche, ce n'est tout simplement pas un film. Ici comme ailleurs.

Le souci, c'est qu'il devient difficile d'illustrer un film sans l'avoir vu, sans avoir lu aucune ligne du scénario et sans savoir à quoi ressemble Tom Cruise ou Russel Crowe. Ils disposaient sans doute parfois de quelques modèles, mais la tâche s’annonçait d'emblée compliquée.

La plupart des images que tu verras ici sont la création d'artistes ghanéens. Aujourd'hui, les collectionneurs occidentaux se les arrachent comme des petits pains, à coup de milliers d'euros.

1. Alien (1979), ça fait tout de suite moins peur

2. Terminator (1984) ou quand Schwarzy n'est vraiment pas content

3. Sister Act (1992), avec une Whoopi Godberg... sexy

4. Jurassic Park (1993) ou la scène parfaite des toilettes

5. Desperado (1995): Salma Hayek à gauche, Antonio Bonderas à droite... sisi

6. Mission impossible (1998) ou le joli brushing de Tom Cruise

7. Matrix (1999): quand Néo et Morpheus prennent la pose

7. Gladiator (2000): les principaux personnages sont là, avec des similitudes

9. X-Men (2000): on a reconnu Wolverine, pour le reste...

Le site Hitek.fr en a regroupé encore plein d'autres que tu peux retrouver ici

Déjà lu?

Déjà lu?