© epa

Trump se retire de l'accord "pourri" sur le nucléaire iranien et rallume la poudrière du Moyen-Orient

9 mai 2018

En déclarant que l'Iran n'avait pas respecté l'accord sur le nucléaire et en retirant les États-Unis de cet accord signé le 14 juillet 2015, Donald Trump a pris une très grave décision. Celle-ci pourrait avoir de graves conséquences au Moyen-Orient. Le président iranien Hassan Roahani a déjà menacé de se remettre à la construction de la bombe atomique.

"Pourri" et "embarrassant", "défectueux à la base"... voici quelques des mots que le président Donald Trump a employé mardi pour désigner le JCPOA, l'accord signé par Téhéran, l'administration Obama, les membres du Conseil de sécurité de l'ONU et l'Allemagne en 2015 sur le nucléaire iranien.

"Au cœur de l'affaire iranienne, il y avait une fiction gigantesque: qu'un régime meurtrier ne souhaitait qu'un programme d'énergie nucléaire pacifique, nous avons aujourd'hui la preuve irréfutable que cette promesse iranienne était un mensonge", a déclaré le président des États-Unis.

Le JCPOA, pour Joint Comprehensive Plan of Action (Plan d'action global conjoint) avait pour objet d'interdire l'Iran d'obtenir la bombe atomique. Suite aux déclarations de Donald Trump, le président iranien Hassan Roahani a menacé de reprendre l'enrichissement de l'uranium, soit lancer le processus clé pour fabriquer de l'énergie et des armes nucléaires.

Engagements

En plus de sa sortie sur le nucléaire iranien, Trump a annoncé vouloir renforcer les sanctions économiques à l'égard de l'Iran, sanctions qui bénéficiaient jusqu'ici d'un assouplissement négocié sous l'administration d'Obama. "Nous allons mettre en place le niveau le plus élevé de sanctions économiques possible" contre Téhéran, a affirmé le président milliardaire.

"Les Etats-Unis ont annoncé qu'ils ne respectaient pas leurs engagements", a répondu Rouhani. "J'ai ordonné à l'Organisation iranienne de l'énergie atomique d'être prête à agir si nécessaire, afin que nous puissions, si nécessaire, reprendre notre enrichissement au niveau industriel sans aucune limitation." Le président iranien a précisé qu'il attendrait d'abord quelques semaines, le temps de parler aux autres signataires de l'accord.

Course à l'armement

Plusieurs analystes pensent que cette rupture de l'accord pourrait entraîner une course à l'armement, voire une nouvelle guerre régionale catastrophique, au Moyen-Orient. Si l'Iran possède la bombe atomique, plusieurs autres pays vont également vouloir l'obtenir comme l’Arabie Saoudite ou la Turquie.

Cela pourrait également encore plus raviver les tensions entre l'Iran et Israël, ce dernier pays possédant l'arme nucléaire sans reconnaissance officielle. Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a déclaré soutenir totalement la décision de Trump car "l'accord n'a pas réduit l'agression de l'Iran; il l'a considérablement augmenté".

Certains craignent même que des milices iraniennes chiites en profitent pour lancer des raids sur Israël, ce qui laisserait toute latitude à Israël de contre-attaquer sur l'Iran. La poudrière du Proche-Orient exploserait d'un seul coup.

Déjà lu?

Déjà lu?