Lutgen dénonce le "populisme" d'Ecolo, mais au cdH aussi on a réagi à chaud à la mort de Mawda

22 mai 2018

Benoît Lutgen accuse Ecolo de faire du "populisme" lorsqu'il réagit à la mort d'une fillette kurde. Dans deux interviews, il dénonce une "récupération politique indigne". Mais le président du cdH sait-il qu'au sein même de son propre parti, on s'est ému de façon très politique suite à l'annonce de la mort de Mawda?

Les élections approchent et les Oranges tirent à boulets rouges sur les Verts. Interrogé ce mardi matin sur Bel-RTL, Benoît Lutgen a déclaré que le parti Ecolo avait fait du populisme en réagissant à l'annonce de la mort d'une fillette kurde dans une camionnette de migrants.

Au micro de Martin Buxant, le président du cdH a ainsi déclaré: "Je ne veux pas opposer comme l'a fait Madame Zakia Khattabi [co-présidente d'Ecolo] les migrants aux policiers. C'est de la récupération politique et je trouve cela indigne!"

"Populisme vert"

Un propos que l'on retrouve dans son interview accordée au Soir: "Quand, par rapport au drame qui a coûté la vie à la petite Mawda, on balance des tweets émotionnels sans le moindre recul et sans connaître les circonstances précises du drame, c’est insupportable. Cette forme d’immédiateté dans le jugement est une forme de populisme vert qui s’est développé ces derniers mois."

Le Bastognais faisait notamment référence à ce tweet du 18 mai dans lequel Khattabi déclarait: "Une politique ferme mais humaine, Charles Michel? Ce drame est le fruit de la fuite en avant dans une politique d'asile de plus en plus répressive. La responsabilité de gouvernement belge est engagée! Un recadrage ne suffira pas."

Réactions au cdH

Sauf qu'au sein même des troupes humanistes, on s'est également ému de la mort de Mawda, deux ans, fauchée par une balle perdue. Le 18 mai, quelques heures après l'annonce de cette triste nouvelle, Joelle Milquet, ex-présidente du cdH et députée bruxelloise, tweete: "Ce n'est plus possible ni acceptable! Les limites sont franchies."

Un tweet qui s’émouvait à chaud de "l'atrocité de la politique migratoire belge et européenne" pointée par l'association CNCD 11.11.11. Un tweet politique, donc.

Ce sentiment d'indignation semble avoir été partagé également par Hamza Fassi Fihri, vice-Président du cdH, qui déclare le 18 mai sur Facebook : "Mawda, petite victime de la politique d'"asile" inhumaine du gouvernement #meurtri #tempsdechangerdepolitique". Un statut hautement politique dont les hashtag en disent beaucoup.

Étonnant, quand on sait que le mot d'ordre donné par le cdH le 18 mai était: "À ce stade, la seule condamnation ferme - et indiscutable- à avoir est celle des passeurs qui utilisent la détresse humaine à des fins mercantiles."

Déjà lu?

Déjà lu?