© iStock

#MonCorpsSurYouTube ou quand YouTube se fait accuser d'être sexiste dans sa démonétisation

27 mai 2018

Il y a des sujets qui semblent encore tabou sur YouTube. Le problème, c'est que tout le monde ne semble pas loger à la même enseigne: dès qu'il s'agit de sujets féminins, tels que les règles, la cup, la sexualité ou encore le body positive, la plateforme de vidéo démonétise quasi systématiquement ces contenus. Les principales concernées ne comptent pas se laisser faire et un hashtag pour dénoncer cette pratique vient même d'être lancé. 

Beaucoup de vidéos YouTube sont monétisées, ce n'est pas un scoop. Certains YouTubeurs passent des heures à ficeler des vidéos qu'ils mettent ensuite en ligne sur la plateforme en vue de générer des revenus grâce à ces vidéos. Mais il arrive parfois que YouTube démonétise ces contenus, car elles ne respecteraient pas la politique de la plateforme. Par exemple, YouTube ne monétise pas des vidéos présentant "un caractère sexuel très prononcé", comportant des scènes de nudité ou autres.

Une démonétisation discriminatoire

Le souci, c'est que cette démonétisation serait discriminatoire vis-à-vis des femmes, comme le dénonce notamment l’association française Les Internettes. Plus précisément, dès qu'il s'agit d'une thématique liée aux femmes, tels que la sexualité, les règles, l'avortement, ou le corps des femmes, etc. YouTube la démonétiserait. En fait, les thématiques liées à l'éducation sexuelle seraient pour YouTube mis dans le même sac que les vidéos à "caractère sexuel".La démonétisation peut priver ces YouTubeuses d'une part importante de leurs revenus.

#MonCorpsSurYouTube

Sous le hashtag #MonCorpsSurYouTube qui vient de fleurir sur les réseaux sociaux, plusieurs YouTubeuses se plaignent d'un certain "sexisme" dans la politique de YouTube. Alors que l'une rapporte qu'elle a vu sa vidéo être démonétisée parce qu'elle parlait de l'avortement, l'autre explique que sa vidéo a subi le même sort pour avoir parlé de sa poitrine et le fait de l'assumer. Pourtant, à aucun moment on n’y voit un autre plan que sa tête. "Il n'y a que les mots qui dérangent", explique-t-elle.

À l'inverse, les mecs peuvent parler de pénis ou autre sujet plus touchy sans que YouTube n'en arrive à démonétiser leurs vidéos. Et comme le rapporte à 20 minutes Marie Camier Theron, cofondatrice des Internettes, même en ayant la même approche scientifique, les vidéos traitant du sexe masculin ne seront pas démonétisées alors que celles traitant du sexe féminin le seront. À titre d'exemple, elle explique ainsi que la vidéo "À quoi sert un vagin" du YouTubeur Dirtybiology a été démonétisée alors que sa vidéo "À quoi sert un pénis", pas! Si jusqu'ici YouTube avance choisir les vidéos monétisées et non monétisées en fonction de la volonté de la majorité des annonceurs, le débat est en tout cas lancé.

Déjà lu?

Déjà lu?