© iStock

La Belgique est nommée membre temporaire du conseil de sécurité de l'ONU, elle y siègera pendant 2 ans

8 juin 2018

Ce vendredi, la Belgique a été nommée comme membre temporaire du conseil de sécurité de l'ONU. Elle y siègera pendant deux ans à partir de 2019. 

C'est sans grande surprise que la Belgique a été nommée ce vendredi membre temporaire du conseil de sécurité de l'ONU. Elle y siégera fièrement pendant deux ans à partir de 2019. Elle sera accompagnée de l'Allemagne, l'Afrique du Sud, la République Dominicaine, et l'Indonésie, eux aussi nommés membres temporaires.

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a déjà réagi: "Dans l'exercice de ce mandat, la Belgique veillera à être un partenaire constructif, fiable et ouvert au sein du Conseil et pour l'ensemble de la communauté internationale. Atteindre un consensus en faveur de la paix n'est possible que sur la base du partenariat, de l'échange et de l'inclusion, avec tous les acteurs concernés. L'esprit de dialogue qui nous a guidés tout le long de notre campagne continuera à être la marque de notre action durant les deux années de notre mandat".

Qualité de diplomatie belge

Cette nomination peut être considérée comme une consécration pour la Belgique comme l'explique le professeur en relations internationales Tanguy de Wilde sur les ondes de RTL: "L'ONU est un haut lieu de la diplomatie en général, et donc de la scène internationale. Le fait de pouvoir y être, ça prouve la qualité de la diplomatie belge, même si finalement on a peu de concurrents."

Le gros plus, c'est que chaque membre aura droit à deux mois de présidence du conseil de sécurité. La Belgique va donc pouvoir insister sur la protection des civils et l'impact des conflits sur les enfants. Même chose pour le rôle joué par les femmes dans la résolution et la prévention de conflits. La Belgique compte aussi mettre l'accent sur bien des domaines comme le respect du droit international humanitaire et la lutte contre l'impunité, la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent, la non-prolifération et l'interdiction des armes chimiques, et l'impact du changement climatique. Il y a du boulot!

Déjà lu?

Déjà lu?