© epa

Fin du cauchemar? L'évacuation des 12 enfants coincés dans la grotte en Thaïlande a enfin commencé

8 juillet 2018

C'est le grand jour. La grande opération de sauvetage des jeunes footballeurs, coincés dans une grotte en Thaïlande depuis le 23 juin dernier, a débuté ce dimanche. Les conditions étant jugées "parfaites", une équipe d'experts en spéléologie est partie ce matin pour aller chercher le groupe. Ce n'est donc finalement pas le sauvetage par le haut la solution privilégiée.

Deux semaines de calvaire. Cela fait 15 jours exactement qu'une équipe de jeunes footballeurs et leur coach sont allés se balader dans la grotte Tham Luang, au nord de la Thaïlande, et ne sont jamais parvenus à remonter à la surface. Depuis, une équipe de 1.000 personnes (parmi lesquels on trouve des plongeurs de la marine thaïlandaise, du personnel militaire et des volontaires civils) s'affairent nuit et jour pour drainer l'eau de la grotte, acheminer des vivres et de l'oxygène au groupe et trouver une solution pour évacuer tout le monde.

Après des jours de report de la grande opération de sauvetage, en raison de risques trop importants liés à la météo, c'est enfin le jour J. "Aujourd'hui est le grand jour... Les garçons sont prêts à affronter tous les défis", a déclaré Narongsak Osottanakorn, le chef de la cellule de crise, annonçant ainsi le lancement de la mission ce dimanche, lors d'une conférence de presse organisée non loin du site de la grotte.

Conditions "parfaites"

Les conditions actuelles pour entamer l'évacuation sont "parfaites", a précisé la cellule de crise. Le niveau d'eau dans la grotte n'est pas trop important et le niveau d'oxygène à l'intérieur est stabilisé. Néanmoins, de fortes pluies sont attendues dans les heures à venir, ce qui pourrait faire effondrer une partie du rebord de boue sur lequel les enfants et leur entraîneur ont trouvé refuge. Le temps presse donc.

Au départ, les autorités locales avaient jugé trop dangereux une évacuation à la nage, la plupart des enfants, âgés de 11 à 16 ans, ne savant ni nager ni plonger. Plus de cent forages dans la montagne ont donc été réalisés ces derniers jours, pour tenter une évacuation par le haut. Mais les percées demeuraient pas assez profondes pour atteindre les enfants. Ce serait donc la nage la solution de secours finalement privilégiée.

Les sauveteurs ont commencé par faire évacuer, ce dimanche matin, le site de manière à faire de la place pour "aider les victimes". L'événement étant très médiatisé, plus de 100 journalistes y circulaient en continu pour trouver la meilleure place où positionner leur caméra au moment de la sortie des enfants. Ce qui gênait évidemment le travail des secouristes.

21 heures

L'espoir de sauvetage est aujourd'hui bien réel. "Le premier enfant devrait sortir vers 21 heures", a affirmé le chef de la cellule de crise. Avec le décalage horaire, c'est vers 16 heures (heure belge) que nous devrions avoir des nouvelles des premiers rescapés. Le top départ a été donné à 10 heures (5h, heure belge), ce qui signifie qu'il faudra onze heures en tout pour faire le premier aller-retour. Les autres enfants seront évacués "un par un", chacun d'eux escorté par deux plongeurs professionnels, durant "deux à trois jours", a ajouté la cellule de crise.

Vendredi, l'espoir était cruellement redescendu lorsque l'un des sauveteurs, un ancien plongeur de la marine thaïlandaise, est décédé alors qu'il livrait des vivres et des soins aux gamins. Il n'avait plus assez d'oxygène pour faire le chemin inverse et a perdu connaissance.

La route n'est hélas pas sans danger: il faut passer par un réseau souterrain long de plus de 4 kilomètres, inondé et barré par la boue. La visibilité est nulle, tant l'eau est trouble. Les secouristes ont donc du installer une corde le long de la paroi pour se guider. Seuls les plongeurs expérimentés et équipés d'oxygène peuvent réussir une telle traversée.

"Je vais bien, mais il fait un peu froid"

Pour le moment, les enfants vont bien, malgré les inquiétudes des autorités locales quant à la baisse du niveau d'oxygène sur place. C'est en tout cas ce que laissent penser leurs lettres transmises ce samedi aux plongeurs. Dans l'une d'elles, un enfant a écrit à ses parents: "Je vais bien, mais il fait un peu froid ici. Ne vous inquiétez pas pour moi. N'oubliez pas de me préparer une fête d'anniversaire". Un autre garçon rassure: "Ne vous inquiétez pas, papa et maman. cela fait deux semaines que je suis parti, mais je vais revenir vous aider à la boutique".

L'entraîneur de football a aussi laissé une lettre aux plongeurs, s'excusant auprès des parents. "Merci pour tout le soutien moral. Je demande pardon à tous les parents", écrit le jeune entraîneur de 25 ans, Ekkapol Chantawong, non sans remords d'avoir envoyé les enfants dans cette grotte connue pour être inondable à la mousson.

En attendant leur remontée à la surface, on croise les doigts...

Voici une vidéo, publiée le 2 juillet dernier par la marine thaïlandaise, montrant les enfants coincés sous terre

Déjà lu?

Déjà lu?