© Lio Nelle.

La toute bonne idée: une association récolte le matériel usagé des festivals

17 juillet 2018

Si tu es un amateur des campings en festival, tu as dû forcément t'en rendre compte. Les déchets mais aussi le matériel de camping jonchent le sol, une fois les festivaliers partis. Deux problématiques qui demandent une solution.

Quelque 40.000 campeurs ont pris possession du nouveau site du festival de Dour ce week-end. Une véritable ville s'y est installée durant 5 jours, laissant derrière elle, comme chaque année, une montagne de détritus.

Une double initiative

Petit à petit, certains festivaliers s'en rendent compte. On comptait beaucoup plus de poubelles mobiles auprès de leurs campements. Mais il reste beaucoup de boulot, comme a essayé de le faire comprendre l'association Dour Développement Durable durant les festivités. Plusieurs de leurs bâches étaient installées le long du festival pour tenter de sensibiliser les campeurs sur un phénomène qui choque l'opinion publique, tant la jeune génération paraît sensibilisée sur cette question. Il faut croire que tout n'est pas encore intégré.

À cette chouette initiative se mêle une autre tout aussi recommandable: récupérer le matériel de camping laissé sur place. Cette fois, c'est l'association After Festival Recup qui s'y colle. Les bénévoles qui ont sillonné le camping ont permis de récolter pas moins de 12m³ de matériel: des tentes, des sacs de couchage et des matelas de sol principalement. Pour effectuer le ramassage, ils se sont associés à l'entreprise Intys Consulting.

Bientôt le réveil?

Après avoir été lavé, ce matériel sera redistribué aux associations qui s'occupent des plus démunis; des SDF aux migrants. Mehdi Kassou, le coordinateur de plateforme citoyenne "Hébergement", a d'ailleurs salué l'initiative sur sa page Facebook. On en profite pour te faire savoir que Philippe Mercenier organise depuis longtemps des récoltes de sacs de couchage en faveur des réfugiés. Rappelle-toi, c'est lui qui était à l'initiative de l'action "Tague un sac de couchage" au tout début de la "crise" du parc Maximilien.

Reste que les festivaliers eux-mêmes doivent commencer à se rendre compte de la problématique. Le festival de Dour est un des derniers endroits de relative liberté pour eux. Ils en sont conscients et c'est d'ailleurs ça qui fait le charme de cette communauté. Mais tous les déchets que nous laissons derrière nous partent directement à l'incinérateur, ce qui est mauvais à tout point de vue.

C'est pourquoi Renaud, l'un des coordinateurs de l'association After Festival Recup, te lance un appel. Toute personne qui trouve le projet intéressant est invitée à participer: "Cela reste une très petite équipe, nous ne sommes que deux-trois pour coordonner le tout. Chacun est invité à nous rejoindre", lance-t-il.

Ils se rendront prochainement sur le Festival de Tomorrowland et à Esperanzah, en espérant être plus nombreux encore l'année prochaine durant l'été. À bon entendeur! Tu peux les contacter ici.

Déjà lu?

Déjà lu?