240 migrants débarquaient ce samedi au port de Tarifa, dans le sud de l'Espagne.

© epa

L'Espagne commence à être débordée: plus de 1.200 migrants ont été pris en charge en seulement 2 jours

29 juillet 2018

Chaque jour, de nouveaux bateaux de migrants sont secourus en mer Méditerranée par les gardes-côtes espagnols. Ces vendredi et samedi, ce sont ainsi 1.222 personnes qui ont été sauvées. La situation devient telle que les autorités espagnoles appellent à une "solution européenne".

L'Italie n'est désormais plus la porte d'entrée privilégiée par les Africains qui fuient leur pays - souvent à cause de la guerre - en quête d'une vie meilleure en Europe ou au Royaume-Uni. Il faut dire que le nouveau gouvernement italien a récemment changé les règles en la matière et durci le ton. Le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, plaidant pour une fermeture complète de tous les ports d'Italie aux bateaux de migrants.

C'est ainsi que l'Espagne est devenue la nouvelle porte d'entrée en Europe. En l'espace d'une seule journée, ce samedi, le service public chargé de la sûreté maritime dans les eaux espagnoles (Salvamento Marítimo) a porté secours à 334 personnes. Le centre de secours de Tarifa (une ville du sud de l'Espagne) en a sauvé 283 à bord de 15 bateaux de fortune dans le Détroit de Gibraltar. Et le centre de secours d'Almería (une ville du sud plus à l'est) en a pris en charge 51 qui naviguaient à bord de deux bateaux, dont un avec 35 personnes à bord.

Ces migrants sont, pour la plupart, originaires d'Afrique subsaharienne, de Guinée, du Mali et de Mauritanie notamment, ainsi que du Maroc.

Il ne s'agit pas d'une journée exceptionnelle puisque ce vendredi, ce sont quelque 888 personnes qui ont été sauvées en une seule journée.

Près de 21.000 migrants en 7 mois

Entre le 1er janvier et le 25 juillet 2018, ce sont 20.992 migrants qui sont arrivés en Espagne par la mer Méditerranée, contre 6.513 à la même période l'année dernière, selon un rapport publié par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) sur son site web. Mais hélas, parmi ces 20.992 personnes, 304 sont décédées pendant la traversée, contre 124 l'année dernière à la même période.

En comparaison, l'Italie a secouru, entre le 1er janvier et le 25 juillet 2018, 18.130 personnes, mais 1.111 n'ont pas survécu à la traversée. L'année dernière, ce sont 94.448 personnes que l'Italie avait accueillies sur ses terres. La Grèce, elle, a enregistré 15.528 arrivées et 89 morts depuis le début de l'année.

"Un problème qui nécessite une solution européenne"

Une situation "exceptionnelle", mais qui "était à prévoir", selon les mots du nouveau ministre espagnol de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, face à la presse ce samedi, alors qu'il était en déplacement dans la province de Cadix pour constater la manière dont la Croix-Rouge et les forces de l'ordre gèrent l'accueil migratoire. Il reproche ainsi au gouvernement précédent, du conservateur Mariano Rajoy, "un manque de prévisions" en matière de migration.

Le ministre espagnol précise qu'un nouveau centre d'accueil, d'une capacité de 600 personnes, va bientôt ouvrir ses portes au port d'Algésiras (en Andalousie), mais il s'agit d'un travail "contre la montre". Il appelle donc à une intervention européenne au plus vite. "Le problème de l'immigration est un problème de l'Europe, qui nécessite une solution européenne", selon ses mots.

Déjà lu?

Déjà lu?