© iStock

Un médecin prétend pouvoir soigner l'homosexualité avec l'homéopathie et provoque un beau bordel sur les réseaux

13 août 2018

L'homéopathie a toujours été critiquée et cela ne risque pas de s'arrêter. La faute à un médecin généraliste qui assure pouvoir soigner l'homosexualité grâce à des traitements homéopathiques. Quand on prononce ce genre de bêtise en 2018, on provoque à tous les coups un gros scandale sur les réseaux sociaux. 

Nous sommes en 2018 mais il existe toujours des médecins qui considèrent l'homosexualité comme une maladie. C'est le cas le docteur Jean-Yves Henri, un médecin généraliste français exilé en Suisse. Il se vante d'ailleurs d'avoir trouvé un remède pour lutter contre cette maladie: l'homéopathie. L'idée n'est pas de relancer le débat sur cette forme de médecine qui est considérée par beaucoup comme de la fausse médecine.

Si tu ne sais pas ce que c'est, voici le concept en quelques mots: il s'agit de soigner une pathologie en administrant au patient une solution où une substance provoquant les même symptômes dudit patient est diluée au maximum jusqu'à ce qu'elle soit dépourvue de principes actifs. Il y a eu un million de débats sur l'efficacité de cette médecine et visiblement, Jean-Yves Henri en est un fervent défenseur.

Différents traitements

Sur le site personnel du médecin, Médecine intégrée, on peut lire les différents conseils et traitements fournis par le "spécialiste". Il nous gratifie même d'une petite définition personnelle de l'homosexualité: "L’homosexualité n’est pas une pathologie, mais un symptôme particulier (choix de vie) de patients “border-line” (personnalités intéressantes par ailleurs). Il se trouve que la matière médicale homéopathique comporte des remèdes agissant sur l’exacerbation de ces symptômes. L’homosexualité est une forme de négation de la différence des sexes (on observe parfois une image du père trop forte ou pas de place pour le père dans le couple parental ?). L’homosexuel croit que la différence des sexes ne vaut pas pour lui (il a les deux ?!). Dans cette optique, l’homosexualité est une voie d’esquive par rapport à cette réalité de la différence des sexes qui s’impose à tous."

Ensuite, il conseille différents traitements en fonction des personnalités et du sexe. Pour un garçon qui "multiplie les expériences amoureuses par peur de rater quelque chose", il conseille de l'Argentum nitricum. Pour une fille "dominatrice et jalouse", du Lachesis. Si une fille a du mal à "accepter sa féminité", le médecin conseille du Sépia. Bref, c'est assez ahurissant de la part d'un vrai médecin diplômé.

"Complètement délirant"

Plusieurs médecins français ont été contactés pour réagir aux idées de ce Jean-Yves Henri. C'est le cas du docteur Charles Bentz qui déclarait pour le Huffpost: "Ce n'est pas parce qu'on est médecin, qu'on ne raconte pas d'inepties. C'est complètement délirant, l'homosexualité n'a jamais été une maladie." En fait, légalement, l'homosexualité a longtemps été considérée comme une maladie. En effet, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a retiré l'homosexualité de la liste des maladies mentales en 1990, ce n'est pas si loin que ça.

Du côté de SOS Homophobies, on s'inquiète que ce genre de médecin pratique encore la médecine car cela peut être très dangereux pour les jeunes comme le rappelle Joël Deumier, président de l'association: "Si un jeune pense que son homosexualité relève de la pathologie, il risque de s'isoler. Nier son identité sexuelle, c'est nier qui on est. Cela peut conduire à l'échec scolaire par exemple, ou pire, au suicide."

Dans tous les cas, ce médecin a beaucoup fait parler de lui sur les réseaux sociaux et vu ce qu'on a pu lire, mieux vaut qu'il reste exilé en Suisse.

Déjà lu?

Déjà lu?