© epa

La livre turque a perdu 40 % de sa valeur face au dollar en trois mois, mais que se passe-t-il?

14 août 2018

Les sanctions économiques américaines imposées par Donald Trump à la Turquie plongent le pays dans une crise sans précédent. Mais la livre turque souffre-t-elle uniquement de ces mesures? Pourquoi la crise pourrait s'aggraver? 

Depuis vendredi dernier, les marchés du monde s'affolent. La situation économique de la Turquie, suite aux sanctions imposées par Washington, inquiète les bourses.

Petit rappel si tu n'avais pas suivi l'élément qui a "dévoilé au grand jour" la crise qui frappe le pays de Recep Tayyip Erdogan. Vendredi dernier, Donald Trump, président des États-Unis, a pris la décision d'imposer des sanctions économiques contre la Turquie après l'arrestation du pasteur américain Andrew Brunson par Ankara. Celui-ci est accusé par le régime turc de "terrorisme" et "espionnage". Mais de quelles sanctions parle-t-on? De taxes douanières. Washington a fait passer les tarifs douaniers du simple au double sur les importations d'acier et d'aluminium. Conséquence? La livre turque a perdu 16% de sa valeur depuis vendredi et la Turquie est plongée dans une crise monétaire sans précédent.

Alors, officiellement, ce sont ces sanctions américaines qui ont provoqué cela, mais en réalité, la Turquie connait une crise monétaire depuis quelques mois maintenant.

Voici l'évolution de la livre turque face à l'euro depuis deux ans.

Cela fait plusieurs mois que la livre turque ne se porte pas bien, si l'on en croit le graphique ci-dessus. Cette année, elle a perdu 40% de sa valeur face à l'euro et au dollar.

© https://fr.exchangerates.org.uk/

Record livre turque VS dollar

La valeur de la livre turque face au dollar a tellement chuté qu'elle a dépassé pour la première fois les 7 livres le dollar. Un record. Les banques turques, qui ont emprunté beaucoup en dollars, risquent de souffrir énormément de cette baisse de taux de change, puisqu'elles auront plus de mal à rembourser leurs créanciers. Résultat, c'est l'ensemble de l'économie turque qui pourrait flancher. Mais quelles sont les raisons particulières de l'escalade de la livre turque depuis ces derniers mois?

Réélection d'Erdogan

En juin dernier, Erdogan a rempilé pour un deuxième mandat, ne manquant pas de faire quelques modifications de la Constitution pour agrandir son pouvoir. On peut pratiquement parler d'un président aux pleins pouvoirs en Turquie. Il contrôle tout. Et les économistes sont inquiets de cette mainmise d'Erdogan sur l'économie turque. La banque centrale turque, censée réguler la monnaie et être un organe indépendant, ne l'est plus du tout. Depuis plusieurs mois, les marchés demandaient à la banque centrale d'enrayer l'inflation en augmentant son taux directeur. Globalement, le taux directeur est un taux d'intérêt fixé au jour le jour par la banque centrale d'un pays pour permettre à celle-ci de réguler l'activité économique. Mais Erdogan s'est toujours opposé à cette demande.

Népotisme

En juillet dernier, les marchés n'ont pas tellement apprécié la nomination du gendre d'Erdogan, Berat Albayrak comme ministre des Finances. Celui-ci est en effet considéré comme le Premier ministre de l'ombre et celui qui tire les ficelles. Suite à cette nomination, le président turc avait été accusé de népotisme.

Conséquences pour la population

Mais qu'est-ce que ça veut dire pour les citoyens turcs concrètement? Le taux d'inflation en Turquie n'a plus été si haut depuis 2003. Le contexte économique est difficile et la monnaie est très faible. Ce qui veut dire: un pouvoir d'achat qui diminue pour la population et une augmentation des prix.

Ankara annonce des mesures

En réaction à l'effondrement de sa monnaie vendredi dernier, Ankara a annoncé hier que la banque centrale prendrait les mesures nécessaires pour assurer la stabilité financière.

Mais face aux sanctions de Donald Trump, Erdogan a déclaré hier: "D'un côté, vous êtes avec nous dans l'OTAN, de l'autre, vous cherchez à frapper votre partenaire stratégique dans le dos. Une telle chose est-elle acceptable?", avant de viser Donald Trump personnellement. "Tout président que tu es, tu ne peux pas t'endormir et dire au réveil: voilà, j'impose tant de taxes sur l'acier et l'aluminium."

Résultat, la Turquie risque de se tourner vers d'autres partenaires, car elle ne peut en effet pas survivre comme cela. Elle doit trouver des capitaux. En Chine? Depuis le froid entre les USA et la Chine, concernant les sanctions imposées par Washington, la Chine sera plus encline à s'allier à la Turquie. La Russie? Triste, mais résolument vrai, le conflit syrien a rapproché les deux nations autrefois ennemies. Erdogan et Vladimir Poutine sont aujourd'hui proches et la Russie peut être considérée comme un allié. Le Qatar pourrait aussi être une solution pour la Turquie.

Le danger de la crise de la dette ou de la crise financière se fera sentir en Turquie tant que le pays n'arrivera pas à redonner de la force à sa monnaie. Mais l'attitude, les discours durs et les promesses de son président ne sont pas très rassurants pour le moment.

La contagion fait peur

En attendant, la chancelière allemande Angela Merkel a fait une sortie dans le cadre de cette crise et a rappelé à tout le monde qu'une crise en Turquie, ce n'était bon pour personne. En effet, les banques européennes et donc l'euro pourraient souffrir de cette crise.

Déjà lu?

Déjà lu?