© iStock

Et si les éléphants, immunisés face au cancer, étaient la clef pour enfin se débarrasser de ce foutu crabe?

20 août 2018

Grâce à des gènes un peu spéciaux, les éléphants sont immunisés au cancer. Des scientifiques ont analysé en profondeur le fonctionnement des cellules des pachydermes et c'est assez excitant: cela permet d'envisager différemment le problème du cancer chez les humains. 

Si les éléphants craignent les braconniers et autres chasseurs d'ivoire, ils n'ont pas peur du cancer. Et c'est plutôt étonnant. En effet, les cancers ont plus de chances de se développer quand le nombre de cellule est élevé. Or, tu te doutes que dans un éléphants il y a des milliards et des milliards de cellules, bien plus que chez un humain.

Pourtant, le crabe ne s'attaque jamais à ces grands mammifères. Et il y a une bonne raison à cela. Dans une étude publiée cette semaine dans la revue Cell Reports, des chercheurs de l'université de Chicago ont démontré que les éléphants disposent d'un "gêne zombie" capable de combattre et détruire les cellules cancéreuses.

Sus aux tumeurs!

En effet, les éléphants disposent d'une caractéristique génétique assez exceptionnelle. Les chercheurs ont volontairement endommagé l'ADN des animaux, comme dans le cas d'un cancer, pour observer les réactions de l'organisme du pachyderme. En fait, les éléphants possèdent une très grande quantité de protéine appelée "p53", sa fonction est de repérer les tumeurs chez les mammifères, y compris les humains.

Mais en plus de détecter les tumeurs, la p53 permet également d'activer d'autres gènes. Parmi ces gènes, le "gène zombie" que l'on appelle le LIF6 qui provoque la production d'une autre protéine capable de pulvériser les tumeurs. Sans rentrer dans les détails, le LIF6 s'infiltre dans les cellules jusque dans les mitochondries et provoque la libération de composés toxiques qui vont s'occuper de la tumeur et donc de la cellule cancéreuse.

Pour être persuadés de l'impact du "gène zombie", les chercheurs l'ont supprimé avant de modifier l'ADN des éléphants. Dans ce cas de figure, le constat est sans appel: les cellules se transforment inévitablement en cellule cancéreuse.

Un espoir pour l'homme?

Même si les scientifiques ne savent pas trop comment ce "gène zombie" est apparu, celui-ci représente un futur excitant dans le lutte contre le cancer. Cette découverte représente en effet une avancée majeure dans la compréhension du développement des tumeurs, comme l’estime le Docteur Joshua D. Schiffman, pédiatre oncologue au Huntsman Cancer Institute de l’Université de l’Utah, aux États-Unis: "Cela ajoute une pièce importante au puzzle. Comme point de départ, je pense que c’est génial."

En effet, les hommes pourraient s'inspirer du système de défense de l'éléphant pour l'appliquer à l'être humain et créer des traitements novateurs. "Cela pourrait nous apprendre quelque chose de fondamental au sujet du cancer en tant que processus. Et si nous sommes chanceux, cela pourrait nous dire quelque chose sur la façon de traiter la maladie humaine", entrevoit l’auteur principal des travaux, Vincent Lynch, chercheur au département de génétique humaine de l’Université de Chicago.

Il poursuit ensuite: "Peut-être pourrions-nous trouver des moyens de développer des médicaments qui imitent les comportements du [gène] LIF6 de l’éléphant". C'est tout ce qu'on leur souhaite. Comme quoi, le braconnage est aussi nuisible pour l'humanité.

Déjà lu?

Déjà lu?