© iStock

Dans ce restaurant, les homards sont défoncés au cannabis avant d'être cuits

19 septembre 2018

Un restaurant américain pratique une technique de cuisson des homards peu commune. Avant de les plonger dans l'eau bouillante, les crustacés sont forcés à respirer du cannabis. Cette technique sonne tout autant visionnaire pour les défenseurs du bien-être animal qu'absurde.

Pour cuire un homard, la technique la plus répandue est de tremper l'animal dans une casserole d'eau bouillante, la tête la première. Cette manière de faire peut sembler barbare et fait d'ailleurs régulièrement l'objet de débats. D'autant que des études récentes ont observé que les homards sont sensibles à la température de l'eau et possiblement à la douleur, même si leur système neural est largement moins développé que celui de l'homme. C'est d'ailleurs pour cette raison que la Suisse a interdit cette année cette pratique culinaire, exigeant que les homards soient étourdis avant d'être ébouillantés.

Et c'est aussi dans ce contexte que le Charlotte's Legendary Lobster Pound, un restaurant spécialisé dans les fruits de mer situé à Southwest Harbor, dans le Maine aux États-Unis, a décidé de changer du tout au tout sa cuisson des homards cette année: en les faisant "planer" avant de les cuire. Comme le rapporte The Independent, les crustacés sont d'abord placés dans une boîte remplie d'eau, puis de la fumée de cannabis est injectée à l'intérieur de la boîte, jusqu'à ce qu'ils soient bien sédatés. En d'autres mots, les homards "fument" cette drogue douce pour être plus détendus avant le grand plongeon.

Des homards plus heureux et donc meilleurs au goût

D'un côté, cette technique a été mise en place par souci du bien-être animal. "L'animal va déjà être tué, il est beaucoup plus humain de rendre ce passage plus agréable", explique ainsi au journal la propriétaire du restaurant Charlotte Gill, qui possède par ailleurs une licence l'autorisant à cultiver du cannabis à des fins médicales. Mais il y a, d'un autre côté, un souci purement gustatif. Car en les rendant plus détendus, et donc moins sensibles à la douleur, Gill assure que leur chair est plus savoureuse.

Reste à prouver que les homards ont réellement une sensibilité à la douleur et puis aussi qu'ils sont capables de ressentir les effets du cannabis, au même titre que les humains, surtout en étant plongés dans l'eau en même temps qu'enfumés...

Déjà lu?

Déjà lu?