© GAIA

Cinq organisations musulmanes accusent GAIA de racisme

26 septembre 2018

Cinq organisations musulmanes attaquent GAIA pour "infraction supposée à la loi contre le racisme". Selon elles, l’affiche de campagne de l'organisation de défense des animaux, celle qui montrait un mouton versant une larme de sang, serait une "incitation à la haine et à la violence".

Cinq organisations musulmanes, dont Association Internationale Diyanet de Belgique, ont porté plainte contre GAIA, l'association belge de défense des animaux. Les organisations se sont constituées partie civile pour dénoncer une campagne "d'incitation à la haine et à la violence" et pour infraction à la loi contre le racisme.

"Diyanet et ses consœurs n’ont visiblement pas apprécié l’affiche de GAIA, montrant la tête d’un mouton versant une larme de sang", écrit l'association militante dans un communiqué. "Depuis 2017, GAIA utilise cette image dans sa campagne visant à obtenir une loi qui impose l’étourdissement des animaux lors des abattages rituels."

GAIA contre l'étourdissement

"Pour l’instant, Bruxelles est la seule région du pays dans laquelle l’abattage sans étourdissement est (encore) autorisé". Mais l'association compte bien faire changer les choses. Depuis plusieurs années, elle tente d'inciter le gouvernement bruxellois à suivre l’exemple de la Wallonie et de la Flandre, c'est à dire "mettre définitivement un terme à l’abattage sans étourdissement de moutons et de bovins partout à Bruxelles". Chaque année, le jour de la fête musulmane du sacrifice (l’Aïd al-Adha), GAIA mène des actions symboliques contre l'abattage sans étourdissement.

La plainte des organisations musulmanes concerne sa campagne de 2017, lorsque l’association avait organisé une veillée nocturne devant la Maison de la Région, le siège du Gouvernement bruxellois. Conformément à la procédure (plainte avec constitution de partie civile), un juge d’instruction a été désigné, afin qu’il établisse un dossier à charge et à décharge. Le président de GAIA, Michel Vandenbosch, a été entendu par la police bruxelloise, à la demande du juge d’instruction Olivier Leroux.

Affiche raciste

Outre Diyanet, les dépositaires de la plainte contre GAIA sont la Fédération Islamique de Belgique, l'Association Culturelle Albanaise de Namur, l'Association Culturelle Albanaise de Belgique et le Rassemblement des Musulmans de Belgique. À elles cinq, elles dénoncent un traitement qui les représentent comme des "barbares". Elles considèrent l’affiche comme stigmatisante et raciste, ajoutant que de nombreux musulmans se sentent offensés par cette attaque directe à l'une de leurs tradition. Selon eux, GAIA sème la haine islamophobe.

Une accusation que réfute totalement Vandenbosch qui estime faire campagne "de façon pacifique". Pour le président de GAIA, "Diyanet et ses consœurs font preuve de malhonnêteté en [les] accusant de racisme et de xénophobie". Une opinion que corrobore son avocat Me Anthony Godfroid: "Un démocrate ne peut que regretter le nombre toujours croissant de procès pour délit d’opinion. (...) J’espère que Diyanet ne s’attend pas à ce qu’à l’avenir, les affiches seront d’abord soumises à son administration (religieuse)."

L'affiche en question

© GAIA

Déjà lu?

Déjà lu?