© Twitter

"J'aime chaque enfant de la République": Macron revient sur sa dernière photo polémique

1 octobre 2018

Et une sortie médiatique de plus qui fait les gros titres pour Emmanuel Macron ! Il faut dire que cette fois "Manu" y est allé fort, en posant avec un ancien braqueur, à qui il a conseillé de "ne pas refaire des bêtises", et un autre jeune homme qui fait un doigt d'honneur sur la photo. Face à la polémique, il a donc bien été forcé de réagir.

Le président français s'est attiré un torrent de critiques sur les réseaux sociaux suite à sa dernière sortie médiatique qui a fait grincer des dents plus d'un. Alors qu'il était ce dimanche sur l'île de Saint-Martin, dans les Antilles, Macron en a profité pour faire la morale à un jeune récemment sorti de prison pour braquage, puis pour taper le selfie avec lui et un autre jeune homme. Le problème, c'est que sur le cliché, le second jeune (à gauche et à torse nu) pose en faisant un fuck.

La photo, devenue virale sur Twitter (voir tweet ci-contre), a évidemment suscité de vives réactions tant de la part des internautes que des politiques. À commencer par le Rassemblement national (ancien Front national) et sa figure de proue Marine Le Pen. Cette dernière s'est empressée de retweeter la photo en commentant: "On ne trouve même plus de mots pour exprimer notre indignation. La France ne mérite certainement pas cela. C’est impardonnable !"

"Quelles que soient ses bêtises"

Macron a donc dû s'expliquer, et c'est ce qu'il a fait quelques heures plus tard lors d'un point presse tenu à Baie-Orientale. Mais en poursuivant sur le même ton qui le caractérise si bien. "Ce qui fait que je me suis battu pour être élu face à Marine Le Pen et que je suis là aujourd’hui, c’est parce que j’aime chaque enfant de la République, quelles que soient ses bêtises", a-t-il d'abord affirmé, glissant au passage un tacle à son ex-rivale à l'élection présidentielle. "Parce que bien souvent, parce que c’est un enfant de la République, il n’a pas choisi l’endroit où il est né, et il n’a pas eu la chance de ne pas en faire", a-t-il complété.

"Marine Le Pen n’est pas avec le peuple. Marine Le Pen, c’est l’extrême droite, et l’extrême droite ce n’est pas le peuple. Je suis président de la République et je ne laisserai à personne le peuple", a-t-il encore tapé sur le clou.

Il a ensuite raconté qu'après la photo, les deux jeunes en question ont porté une fille handicapée qui voulait faire un bisou au président. S'ils ont "été capables de faire ça", c'est parce que "je les ai regardés avec confiance [et] parce que je les ai respectés. C’est ça la République", s'est-il encore justifié quant au cliché.

"Je regrette si parfois c'est mal compris"

Son "objectif" est donc avant tout "d’aider cette jeunesse", car "on ne tirera rien des discours de haine". Et il insiste qu''"il faut arrêter de penser que notre jeunesse, parce qu’elle est d’une certaine couleur ou à un moment a fait des bêtises, il n’y a rien à en tirer".

Macron est également revenu sur sa discussion avec un jeune horticulteur au chômage, à qui il avait conseillé à la mi-septembre de "traverser la rue" pour trouver du boulot, en se réorientant dans l'hôtellerie ou la restauration, secteurs qui engagent tout le temps selon lui. "Ce jeune homme, j’avais raison de lui dire ça [...] Je regrette si parfois c’est mal compris, mais je ne regrette pas de le dire", a-t-il justifié ses propos, qui sont devenus rapidement viraux et sources de mèmes.

Même si ses dernières apparitions médiatiques ont été vivement commentées et détournées, il ne compte "pas changer" ni "faire de mea culpa", car il se défend d'être "fait comme ça". "Je m’emporte parfois avec les gens parce que je suis naturel". Bon, à la prochaine sortie médiatique alors Manu!

Au cas où tu as manqué cette discussion, devenue mythique en quelques minutes, entre Macron et le jeune ex-braqueur, voici la vidéo:

Déjà lu?

Déjà lu?