© getty

Trump sous-entend que les bombes chez Obama et Clinton sont dues à "l'hostilité" des médias 

25 octobre 2018

Les médias "ont également une responsabilité" dans le climat politique ambiant, a déclaré Donald Trump dans un discours. "Les médias ont la responsabilité d'adopter un ton civilisé et de mettre un terme à l'hostilité sans fin et aux attaques et récits constamment négatifs et souvent faux", a déclaré le président américain, sous-entendant que les médias avaient une responsabilité dans l'envoi des bombes à  Hillary Clinton, Barack Obama et CNN.

Hier, le bureau de CNN à New York a été évacué après la découverte d'un colis explosif dans la salle du courrier. La bombe était destinée à John Brennan, l'ancien chef de la CIA qui est régulièrement invité sur la chaîne. Les bombes miniatures étaient réalisés avec des tuyaux en fer ou en métal scellés des deux côtés avec un matériau explosif inséré dans le manchon. Selon une déclaration de la police, les colis contenaient du verre brisé.

Plusieurs personnalités politiques importantes ont également reçu des colis piégés, parmi lesquels il y avait Barack Obama, Hillary Clinton mais aussi le philanthrope et milliardaire George Soros, un sympathisant et mécène des Démocrates. Une bombe a été déposé devant sa porte mardi alors que Soros n'était pas chez lui.

CNN accuse Trump

"Il y a un manque total et complet de compréhension à la Maison Blanche quant à la gravité de la poursuite de leurs attaques contre les médias", a déclaré Jeff Zucker, directeur de CNN, en réponse aux colis piégés envoyés au média américain et à certains démocrates. "Le président, et en particulier l'attaché de presse de la Maison Blanche [Sarah Sanders], devraient comprendre que leurs mots ont de l'importance. Jusqu'à présent, ils n'ont montré aucune compréhension pour cela"

Trump a souvent critiqué avec beaucoup de virulence les médias et CNN en particulier, notamment lors de meetings de campagne. Il a à plusieurs reprises accusé le média de propager de fausses nouvelles ("fake news"). Il a également déclaré que les journalistes étaient des ennemis du peuple.

CNN s’inquiète également de ce que, peu après la livraison du colis, une lettre de campagne a été envoyée par l’équipe de Trump dans laquelle le média a été attaqué. Le responsable de la campagne s'est excusé et a déclaré qu'il s'agissait d'un message planifié à l'avance qui avait été envoyé automatiquement.

Dictateurs

Les démocrates au Congrès sont également très en colère. Nancy Pelosi, leader des démocrates à la Chambre des représentants, et le sénateur Chuck Schumer ont déclaré dans un communiqué conjoint que Trump avait rendu acceptable la violence physique et divisé les Américains avec ses paroles et ses actions.

Ils dénoncent le soutien que Trump a apporté à "un membre du Congrès qui a attaqué un journaliste, le néo-nazi qui a tué une femme à Charlottesville et à ses partisans qui ont attaqué les manifestants lors de ses réunions". Ils désapprouvent également l’approbation de Trump pour "des dictateurs qui tuent leur propre peuple et qualifient la presse libre d’ennemi du peuple".

Le FBI a déclaré que les colis étaient actuellement examinés par le laboratoire du service de police de Virginie. Plusieurs des colis piégés avaient été envoyés au nom de "Debbie Wasserman Shultz", qui est le nom mal orthographié de la représentante au Congrès de la Floride Wasserman Schultz .

La politicienne s'est dite très inquiète que son nom ait été utilisé de cette manière. Wasserman Schultz ajoute qu'elle ne se laissera pas intimider et qu'elle poursuivra son travail au Congrès.

Encore trois ou quatre bombes

Hier soir, deux colis suspects ont été découverts. Ils étaient destinés au démocrate Maxine Waters. Les autorités sont à la recherche d'un éventuel colis qui pourrait être adressé à l'ancien vice-président Joe Biden, étant donné l'importance similaire aux autres démocrates visés que ce politicien a.

La police de Los Angeles enquête sur un colis suspect découvert dans un bureau de poste situé à proximité du centre, rapporte-t-elle sur Twitter. Le bureau de poste a été évacué.

"Ce sont des temps difficiles", a réagi Hillary Clinton suite à la découverte des bombes. "Et c'est une période de grande division, nous devons tout faire pour garder le pays uni et nous devons sélectionner les candidats qui tentent de le faire."

Déjà lu?

Déjà lu?