Paul Magnette, en 2016.

© epa

PS, Ecolo et C+: Charleroi se dirige vers une tripartite totalement inédite

6 novembre 2018

Après le vaudeville que fût la tentative de coalition entre le PS et le PTB à Charleroi, une nouvelle majorité se devait d'être trouvée. Le PS de Paul Magnette s'est donc tourné vers Ecolo et C+ pour avoir sa majorité confortable.

Avec 41% des voix comptabilisées à Charleroi le 15 octobre vers 1h du matin, le PS carolo partait les mains dans les poches vers un nouveau mandat. Après lui, le seul parti à avoir fait un score pas trop mauvais était le PTB avec ses 15%. Une coalition entre les socialistes et les marxistes semblait naturelle jusqu'à ce que leur tentative de co-working implose. Les deux n'étaient pas fait pour s'entendre, chacun accusant l'autre d'être un pétard mouillé.

Le PS aurait donc pu se tourner vers le MR (11% des voix et six sièges), comme c'est le cas à Liège, par exemple. Mais la question semble n'avoir même pas effleurée les réflexions de M. Magnette. Pour la capitale du pays noir, on gouvernera avec de la gauche socialiste et écologiste, un peu de centrisme et la droite libérale filera dans les rangs de l'opposition. La nouvelle majorité sera constituée du PS, d'Ecolo et de C+, information confirmée par les représentants des trois formations, qui ont indiqué ce lundi 5 novembre être en passe de trouver un accord.

Un accord inédit

Si cette tripartite se concrétise comme prévu - la finalisation doit tomber mercredi - Charleroi accueillera une majorité comme elle n'en a encore jamais vue. Ecolo siégera pour la première fois dans la majorité et elle aura à ses côtés la liste citoyenne C+, menée par l'échevin cdH Eric Goffart (2.700 voix de préférence). À eux trois, ces partis majoritaires occuperont 33 sièges sur 51.

Le MR et DéFI n'ayant pas été consultés, ils passent aux côtés du PTB et du PP: dans l'opposition. Une opposition qui risque de mener la vie dure à cet Olivier wallon. Mais Magnette semble confiant. L'ancien ministre-président wallon voit dans cette coalition rouge-vert-orangée l'avènement d'une politique progressiste. "J'ai toujours dit que j'étais favorable à l'accord le plus progressiste possible. Je pense que c'est ce vers quoi on avance", explique le bourgmestre sortant de Charleroi à la RTBF.

Reste à voir si cet Olivier restera vigoureux durant les six prochaines années.

Déjà lu?

Déjà lu?