© iStock

Cet algorithme de Google détecte les restos où il faut envoyer l'AFSCA

8 novembre 2018

En analysant tes données personnelles, Google sait voir dans quels restaurants tu as été manger, si tu as apprécié et si ça s'est mal fini. Rien qu'en analysant tes recherches sur Internet, il sait dire si ton repas t'as rendu malade. Et il peut dès lors envoyer les services de contrôle d'hygiène dans l'établissement où tu t'es rendu.

Google planche sur un nouvel algorithme pour analyser les données des consommateurs: FINDER. C'est l'acronyme de "Foodborne IllNess DEtector in Real time", soit "détecteur de maladies d'origine alimentaire en temps réel", en français. Comme l'indique son nom, cette intelligence artificielle est capable de détecter si un restaurant n'a pas une hygiène très convenable voire si ses clients ont tendance à en sortir malades.

Le logiciel scanne les recherches qui sont faites sur Google et les combine avec les informations de localisation des utilisateurs. S'il observe une certaine récurrence dans les termes de recherche de mots tels que "diarrhée" ou d’autres symptômes pouvant indiquer une intoxication alimentaire, il se penchera sur l'historique de localisation des utilisateurs. Ceci afin de découvrir précisément où se sont rendues toutes ces personnes qui ont tapé sur leur smartphone "que faire quand on vomit à en crever pendant toute la nuit". Ou quelque chose du genre.

Taux de réussite important

Cet outil qui a des airs de "Minority Report dans le monde de l'alimentation" enregistre un taux de réussite impressionnant. FINDER serait 3,1 fois plus susceptible de détecter des restaurants insalubres que les méthodes d'inspection de la santé actuelles, est-il indiqué dans une étude réalisée sur l'algorithme. Cette étude a été exécutée par des chercheurs de Google et des experts en santé publique.

Quand FINDER estimera avoir repéré un établissement suspect, il contactera les fonctionnaires du département de la santé (l'AFSCA en Belgique) qui se rendront à l'emplacement dit pour y effectuer des inspections. L'étude indique que le projet est encore loin de pointer correctement à 100%. Sur les restaurants identifiés par FINDER, 52% étaient considérés comme non respectueux des normes d'hygiène lors de l'inspection. Ce qui reste un chiffre honorable et pourrait sans doute être amélioré si les utilisateurs donnaient encore plus de leurs données.

Il y a juste ce petit détail qui coince. L'algorithme est à première vue un outil d'utilité publique mais c'est toujours gênant de se dire que toutes nos données sont entre les mains d'une intelligence artificielle qui contrôle de plus en plus notre environnement.

Déjà lu?

Déjà lu?