© epa

Le fichage ethnique du PSG choque le gouvernement français qui demande une enquête

9 novembre 2018

Le numéro d'Envoyé Spécial diffusé sur France 2 jeudi soir a fait des vagues. Il révélait que les joueurs du PSG touchaient des primes d'éthique pour applaudir les fans et qu'un fichage éthnique était appliqué lors de la sélection des nouveaux joueurs. Le gouvernement français a réagi.

Avec l'aide de Mediapart et du consortium de journalistes d'investigation à l'origine du Football Leaks, France 2 a diffusé jeudi soir un reportage explosif pour son magazine Envoyé Spécial. La chaîne de télévision française révèle que le PSG procédait à du "fichage ethnique" pour sélectionner ses futurs joueurs.

L'équipe phare parisienne, propriété du Qatar, utilise un classement qui sépare les "Français", les "Antillais", les "Maghrébins" et ceux qui viendraient "d'Afrique noire". Sélectionner des profils selon des stéréotypes raciaux est interdit en France. L'affaire est passée dans la sphère politique. La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a fait part jeudi de sa "consternation" et a réclamé à la FFF et à la LFP "d'examiner ce dossier dans les plus brefs délais", révèle le journal L'Équipe.

"Si ces faits de discrimination sont avérés, ils sont passibles de sanctions disciplinaires, voire pénales", a affirmé Maracineanu. "On ne peut pas tolérer que des personnes soient identifiées, recrutées selon leur couleur de peau ou leur origine. [...] L'État se réserve la possibilité de donner toutes suites utiles à cette affaire". Elle est rejointe sur ce point par Marlène Schiappa, la secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations.

Primes d'éthique

Envoyé Spécial a également révélé que le club parisien versait à ses stars des primes d'éthique, soit des primes pour bon comportement. Ces bons comportements consistent à applaudir les fans du club avant et après le match. Les montants versés vont de 33.000 euros net par mois pour Thiago Silva, à 70.000 euros pour Dani Alves ou encore Edinson Cavani et jusqu’à 375.000 euros par mois pour la superstar brésilienne Neymar.

Les fans interviewés durant l'émission - ceux qui n'étaient pas au courant de l'existence de ces pratiques - étaient clairement choqués.

Déjà lu?

Déjà lu?