Des gilets jaunes à Frontignan en France. 

© epa

Gilets jaunes: de nouveaux débordements ont éclaté entrainant l'arrestation de 30 personnes

22 novembre 2018

Dans la nuit de mercredi à jeudi, de nouveaux affrontement ont eu lieu entre des manifestants et les forces de l'ordre dans la province du Hainaut, à proximité de Feluy. Les autorités parlent de 20 arrestations, 2 véhicules saisis et de nouvelles agressions envers des équipes de la RTBF. 

Encore une nuit agitée dans le Hainaut, plus précisément sur l'autoroute A7 à hauteur de Feluy où les manifestants en gilets jaunes bloquaient toujours l'accès au site de l'entreprise pétrolière Total. Sur Twitter, le ministre des Affaires intérieurs Jan Jambon explique que "La police a dû à nouveau intervenir hier soir contre les blocages en Hainaut. Plus d'une vingtaine d'arrestations, et des véhicules ont été saisis." Il semblerait que le bilan des arrestations soit passé à 30 si l'on se fie aux informations de la RTBF.

Le porte-parole du ministre Olivier Van Raemdonck explique quant à lui que "des personnes violentes utilisaient à mauvais escient les protestations." Pour contenir les quelques 400 manifestants, environ 120 policiers ont été déployés sur place avec l'appui d'un hélicoptère et d'autopompes selon le gouverneur du Hainaut Tommy Leclerq relayé par la RTBF. Encore une fois, on parle surtout ici d'hommes cagoulés qui ne portaient pas de gilets jaunes.

Journalistes agressés

Pour la deuxième nuit consécutive, les manifestants s'en sont pris à une équipe de la RTBF. Un caméraman a été pris à partie et sa voiture a été caillaissée. Et comme si cela ne suffisait pas, un chien de la police la mordu dans la confusion de la scène.

Au micro de la RTBF, un témoin anonyme raconte ce qu'il a observé pendant la nuit: "En fait, ce qui passait en dessous des ponts, c’était des gros blocs, ils les prenaient et ils les tapaient par terre pour les avoir en plusieurs morceaux. Et ils lançaient ça sur la police. Et il y avait des cocktails Molotov, ça, je l’ai vu de loin. J’ai aussi vu un camion qui était au-dessus du pont. Ils ont ouvert l’arrière et ils ont commencé à décharger des pièces de voiture, des pare-chocs, etc. Après, ils sont descendus en bas et il y avait des gens qui avaient ouvert un autre camion avec plein de cartons de vêtements. Tout le monde a profité de ça."

Ce matin, la N6 au poste frontière de Bois-Boudon/Bettignies est toujours fermée dans les deux sens en raison de blocages, selon les informations routières de la police fédérale, issues du centre Perex. Environ 250 camions sont toujours bloqués à ce poste frontière. Par contre, l'autoroute A7 est de nouveau praticable en direction de Mons.

La police sera plus offensive

Le gouverneur du Hainaut Tommy Leclercq s'est exprimé ce matin au micro de la RTBF et est revenu sur les incidents de cette nuit. Selon lui, il n'est plus question de gilets jaunes mais de casseurs qui se donnent rendez-vous sur les réseaux sociaux pour "un déchaînement de violence gratuite". "Les personnes qui étaient là cette nuit, à mon avis, ont très peu de commentaires par rapport au prix de l’essence" explique-t-il "Je crois qu’on n’est vraiment pas dans cet état d’esprit là, mais plutôt dans l’état d’esprit où on casse, on lance des projectiles, on met le feu... avec une espèce d’esprits échauffés de fin de match."

Il ajoute que si de pareils évènements se reproduisent la nuit prochaine, ce qui sera sans doute le cas, la police sera bien plus offensive avec pour objectif de calmer les esprits en moins d'une heure.

Voici une vidéo amateur tournée pendant la nuit

Déjà lu?

Déjà lu?