© N-VA

Les images choc de la N-VA sur le pacte migratoire n'auront finalement pas tenu longtemps sur le web

4 décembre 2018

La tension au sein du gouvernement Michel n'a jamais été aussi intense. La Suédoise pourrait imploser si un accord sur le pacte migratoire ne voit pas le jour. Or, la N-VA ne semble radicalement pas prête à changer de position, en atteste les visuels qu'elles a publiés ce mardi. Campagne choc à laquelle Groen a décidé de répondre avec une certaine virulence. La N-VA a finalement retiré ses images.

Des experts sont interrogés ce mardi à la Chambre sur la question du pacte migratoire. Ils sont censés apporter un éclairage sur ce texte onusien dont la signature par Charles Michel pourrait faire voler en éclat le gouvernement fédéral. Côté MR, Open VLD et CD&V, on semble partant pour accepter le pacte. Mais côté N-VA, force principal au sein de la Suédoise, l'opposition au texte est sans équivoque.

"Pacte de l'ONU sur les migrations = les personnes en séjour illégal ne seront plus punies". "Pacte de l'ONU sur les migrations = interdiction de renvoyer des familles illégales". "Pacte migratoire = mettre l'accent sur la préservation de la culture des migrant". Voici quelques des slogans qui accompagnaient les visuels partagés par le parti nationaliste ce mardi. Une campagne qui part de leur site et pour laquelle la N-VA a publié plusieurs photos montrant des migrants dans des canaux de sauvetage, des femmes voilées ou des réfugiés au parc Maximilien.

Notons que la photo des femme des femmes voilées provient d'une banque d'image et ne représente pas la réalité belge puisque elle a été prise à Montjoie, en Allemagne, comme le révèle le journal Le Soir.

Le danger des ONG

En amont des photos, la N-VA explique sur son site la raison de son opposition. Selon elle, "le pacte ne fait pas la distinction entre migration légale et illégale". Le texte entraînera "un relâchement de la réunification familiale" et permettra aux migrants clandestins de bénéficier des services sociaux. Mais surtout, il donnera plus de pouvoir aux ONG.

"Les activistes et les ONG risquent d'utiliser le pacte pour le rendre de facto obligatoire au travers de la jurisprudence", indique la campagne. "En d'autres termes: avec le Pacte des Nations Unies sur la migration, nous plaçons notre politique de migration entre les mains de personnes non élues. La N-VA ne veut pas prendre ce risque. Notre maison de la démocratie est à Bruxelles, pas à Marrakech, à New York ou à Strasbourg."

Groen: "malicieux et dégoûtant"

Cette campagne a particulièrement irrité le parti Groen. "La désinformation par la N-VA a commencé. Comparez leur visuel avec le texte du pacte de migration lui-même", a réagi ce mardi après-midi dans un tweet le député fédéral Groen, Wouter De Vriendt. "C'est malicieux et dégoûtant. La N-VA prend les gens pour des idiots. En fait, tout le monde devrait protester contre ce genre de tromperie, quelles que soient ses convictions politiques."

Une vision que l'on retrouve chez la présidente du parti Meyreim Almaci: "que ce soit la migration ou le climat, aujourd’hui, à la NVA, il n'y a qu'un seul ordre du jour: la pourriture". Mais aussi chez Kristof Calvo, tête de liste à la Chambre, pour qui "la façon dont la N-VA communique" est de "la désinformation". Ou encore sur le compte officiel de Groen: "Le pacte des Nations Unies sur la migration est équilibré" et "la N-VA avait donné son accord à chaque étape des négociations".

Un nouveau kern doit être convoqué ce mardi, ce qui devrait accorder encore quelques heures de répit au Premier ministre. La réunion a pour objectif d'apporter plus d'éclaircissements sur la position officielle du gouvernement (ou de ce qui en restera). En attendant, il semble que chaque parti essaie de faire plier la balance par n'importe quel moyen.

Update: la N-VA retire ses images

Une heure après la publication de cet article, il s'est avéré que la N-VA avait retiré les images choc de son site. "Le ton de la campagne était faux", indique une tête du parti au journal De Morgen. Les images ne seront finalement restées en ligne que quelques heures ce mardi. Juste le temps de créer la polémique.

On notera que si la campagne a reçu les applaudissements de Filip Dewinter, le leader du parti d'extrême-droite Vlaams Belang, elle a aussi suscité l'ire des partenaires de coalition de la N-VA, comme en atteste ce tweet du président du MR Olivier Chastel.

Déjà lu?

Déjà lu?