© EPA

Pas d'accord avec elle-même, la Belgique rejette plusieurs directives européennes en faveur du climat

4 décembre 2018

Peut-on déjà parler de fiasco? Sans doute. Deux jours après la marche pour le climat qui a réuni environ 70.000 personnes, la Belgique a voté contre une directive sur l'efficacité énergétique, elle s'est abstenue sur celle qui concerne l'énergie renouvelable. La ministre fédérale de l'Energie, Marie-Christine Marghem (MR), continue son chemin de croix après de nombreuses critiques. Elle rejette la faute sur les Régions.

Décidément, il était écrit que Marie-Christine Marghem et singulièrement le gouvernement fédéral allaient connaître des temps difficiles. L'équipe de Charles Michel, en plein déchirement sur le pacte de Migration, subit un nouveau camouflet.

Il concerne l'environnement cette fois. Deux jours après la plus grande mobilisation pour le climat jamais enregistrée dans notre pays, la Belgique a voté contre une directive européenne qui vise à renforcer l'efficacité énergétique, a rapporté le Soir ce mardi matin. Elle s'est également abstenue concernant une directive sur les énergies renouvelables.

Visée par de nombreuses critiques suite à son vol express pour la COP24 en Pologne, la ministre fédérale de l'Énergie se défend. Si la Belgique n'a pas suivi ses partenaires européens, c'est à cause des Régions: "Ce sont les régions qui ont 90% des compétences en matière d'énergie donc ce sont les trois Régions qui décident et nous, au niveau fédéral, ne pouvons que transmettre les volontés de ces Régions", explique-t-elle à la RTBF. Avant de préciser: "Je peux comprendre qu'elles trouvent les exigences européennes trop difficiles à mettre en place, mais elles ne peuvent pas se cacher derrière le fédéral quand elles votent contre."

Pauvre Belgique

La Belgique compte pas moins de 4 ministres compétents pour régler les questions climatiques et énergétiques (voire plus, cfr Di Antonio). La ministre fédérale et les ministres régionaux: Céline Frémault (Bruxelles), Jean-Luc Crucke (Wallonie), Bart Tommelein (Flandre). Ces deux directives découlaient des Accords de Paris signés en 2015 lors de la COP 21. Concernant la première, seuls deux pays ont voté contre: la Belgique et la République tchèque. La Croatie et la Slovénie se sont abstenues. Pour la 2e directive, la Belgique s'est abstenue avec la Hongrie et la Slovaquie, la République tchèque étant la seule à voter contre.

À qui la faute? Si on en croit la ministre Frémault, c'est la Flandre qui aurait freiné des quatre fers. Et particulièrement la N-VA. On notera quand même que Bruxelles s'est abstenue pour obtenir un vote positif sur le texte "Gouvernance" et particulièrement sur le décumul. Rien n'est simple en Belgique.

Notre pays peut s'attendre à être pointé du doigt. Par nos partenaires européens d'abord, mais également par les citoyens. Derrière les beaux discours, les résultats tardent à faire leur apparition. À quelques mois des élections, la question du climat pourrait tout faire basculer. Tout comme la question migratoire d'ailleurs.

Déjà lu?

Déjà lu?