© EPA

Donald Trump se paye gentiment la tête d'Emmanuel Macron et torpille une nouvelle fois l'Accord de Paris

5 décembre 2018

Ce mardi, Emmanuel Macron et Edouard Philippe n'ont finalement pas eu le choix: ils ont dû faire des concessions pour calmer la colère des Gilets Jaunes. Le gouvernement français a donc gelé l'augmentation des taxes sur le carburant. C'est une décision qui a fait sourire Donald Trump qui en a profité pour torpiller une nouvelle fois l'Accord de Paris sur le climat.  

Ce mardi, Emmanuel Macron a finalement cédé face aux Gilets Jaunes. Pour calmer les esprits et éviter de nouvelles manifestations ce week-end, le gouvernement français par le biais du Premier ministre Edouard Philippe a annoncé la suspension de trois mesures fiscales dont la hausse des taxes sur le carburant. En plus du carburant, Edouard Philippe a également annoncé un gel des tarifs du gaz et de l'électricité. Une décision jugée courageuse par Nicolas Hulot, l'ancien ministre de la transition écologique français.

Mais pour Donald Trump, cette décision est une véritable opportunité d'une nouvelle fois torpiller l'Accord de Paris sur le climat. Selon lui, le geste d'apaisement du gouvernement français est une preuve que les engagements de l'Accord de Paris sont néfastes pour les pays signataires. Pour rappel, le président américain s'était retiré de cet accord il y a deux ans et selon lui, la décision d'Emmanuel Macron prouve qu'il avait raison: "Je suis heureux que mon ami Emmanuel Macron et les manifestants à Paris soient tombés d'accord sur la conclusion à laquelle j'avais abouti il y a deux ans" a déclaré Donald Trump sur son compte Twitter.

Il ajoute: "L'Accord de Paris est fondamentalement mauvais car il provoque une hausse des prix de l'énergie pour les pays responsables, tout en donnant un blanc-seing à certains des pires pollueurs au monde." Selon le locataire de la Maison Blanche, "les contribuables américains (et donc les Français également, ndlr) - et les travailleurs américains - ne devraient pas payer pour nettoyer la pollution des autres pays." Trump assimile donc les concessions faites par Emmanuel Macron à un geste contre l'Accord de Paris. Pour rappel, le président français avait jugé que le retrait des États-Unis de l'Accord de Paris était "une erreur".

Fake

Avant d'écrire ces deux tweets, le président Américain a relayé un autre tweet. Ce dernier est écrit par Charlie Kirk,le créateur de l'organisation conservatrice Turning Point USA. Il explique qu'il y a actuellement des émeutes en France et que les manifestants scandaient "Nous voulons Donald Trump" dans les rues de Paris. Le président américain a donc donné une caisse de résonance à ce message mais il y a un problème.

Selon l'AFP, Charlie Kirk s'est basé sur une vidéo publiée le 2 décembre dernier où l'on voit effectivement des manifestants scander des slogans en faveur de Donald Trump. Problème: cette vidéo a en fait été tournée à Londres en juin dernier. Oups...

Déjà lu?

Déjà lu?