© Netflix screenshot

Les créateurs de Bandersnatch de Black Mirror ont un message pour les haters: "Allez vous faire foutre!"

11 janvier 2019

Le 28 décembre dernier, on ne parlait que de "Bandersnatch", le film interactif de la série Black Mirror. Ce film est aussi clivant qu'innovant: certains adorent tandis que certains ont détesté tenir une télécommande ou une manette en main pour décider de l'issue de l'histoire. Pour ceux qui n'ont pas aimé, les créateurs de la série ont un message. Et il ne manque pas de tact. 

Le 28 décembre 2018, Netflix et les scénaristes de Black Mirror proposaient une expérience aussi inédite qu'innovante: permettre aux spectateurs de décider de l'issue du scénario et du sort réservé au héros de l'histoire. Certains ont adoré le concept et le contenu du film, d'autres sont restés plus sceptiques, estimant que le fait de faire des choix étaient plus accessoires qu'autre chose, voire contraignant.

Il faut dire que les critiques sont largement en dessous des épisodes "classiques" de la désormais célèbre série dystopique: 73% de critiques positives chez les pros et 63% du côté du grand public. Si l'on se fie aux commentaires trouvés sur le net, les gens ont trouvé qu'il y avait bien trop de choix et que les séries et les films doivent rester une activité passive.

"Allez vous faire foutre"

Récemment, le co-créateur de la série Charlie Brooker ainsi qu'Annabel Jones, la productrice exécutive sont revenus sur ces critiques négatives au micro du Huffington Post. Et de toute évidence, ils ont plutôt mal pris les critiques négatives.

Ils commencent donc par défendre le concept de leur film: "Certains disent "oh, je suis une merde à ce genre de trucs" et vous leur répondez "non non, pas de souci, c'est fait exprès, vous allez échouer". On essaye de vous faire échouer plusieurs fois pour que vous tourniez un peu en rond, avant de revenir sur vos pas, et tout ça, c'est construit dans l'histoire."

Mais quand ils abordent les critiques concernant le concept des choix, Charlie Brooker s'emporte facilement: "Il y a aussi certaines personnes qui disent 'je ne veux pas avoir à faire des choix', 'je refuse de faire ces trucs'... et bien allez vous faire foutre. Faites autre chose ! Et il y a aussi des gens qui pensent "oh, c'est trop simple pour un jeu' ou 'les jeux vidéo ont déjà fait ça avant"— eh bien, ce n'est pas sur une plateforme de jeu, c'est sur Netflix. Je sais parfaitement ce qu'est un jeu vidéo, merci."

On peut comprendre son agacement tant l'écriture du film était complexe, tout comme l'écriture du jeu vidéo que le héros programme pendant l'oeuvre. D'ailleurs, la saison 5 de Black Mirror a été repoussée à cause du film qui a pris plus de temps que prévu pour être terminé. Mais pas sûr que de telles déclarations fassent changer d'avis les plus sceptiques.

Déjà lu?

Déjà lu?