Voici selon Google à quoi ressemblera son moteur de recherche si la réforme de l'UE sur le copyright est appliquée

18 janvier 2019
© Google / Search Engine Land

Lundi prochain, le Parlement européen doit finaliser sa réforme du copyright dont deux articles en particulier suscitent toutes les craintes. Google, dans une volonté de mettre un coup de pression en cette semaine décisive, a montré à quoi ressemblerait son moteur de recherche si la réforme venait à être appliquée. Une page vidée de son contenu.

Dire que Google n'apprécie pas la réforme du copyright de l'UE est un euphémisme. Elle doit harmoniser la législation européenne en matière de droit d'auteur et entre dans sa phase finale la semaine prochaine. Deux articles l'inquiètent tout particulièrement.

Articles 11 et 13

L'article 13, d'abord, qui entend imposer une analyse automatique des contenus mis en ligne sur les principales plateformes de partage. Pour y détecter d'éventuelles violations au droit d'auteur. L'autre article qui pose problème est l'article 11. Il introduit un "droit voisin" qui pourrait mener Google à compenser financièrement la presse pour afficher son contenu sur le moteur de recherche.

L'entreprise américaine est doublement touchée, de par sa section Google Actualité ou son contenu sur YouTube. Elle entend donc sensibiliser le public aux conséquences d'une telle réforme. Comme le fait régulièrement la députée allemande des Verts, Julia Reda, sur son blog.

Sur le site SearchEngineLand, Google a partagé le prototype d'une page de son moteur de recherche si la réforme venait à passer. Une page vidée de son contenu en images où ne subsisteraient que quelques liens.

Propagande de Google?

Si cette réforme suscite, à raison, de nombreuses interrogations, allant même jusqu'à remettre en question les fondamentaux qui font d'Internet ce qu'il est, on ne peut s’empêcher de penser que Google joue sa propre carte.

Une sorte de propagande préventive qui fait qu'il est difficile de croire Google sur parole puisque l'entreprise est directement concernée. Et puis si le texte a été lancé en septembre dernier, il doit encore passer des étapes cruciales qui peuvent apporter leur lot de changements. Notamment la phase de concertation entre le parlement, la commission et le conseil de l’UE. Cette réforme doit ensuite passer le stade des législations nationales et donc des parlements nationaux, ce qui n'est pas encore gagné non plus.

Il faut donc rester prudent, même si cette réforme peut, à terme, complètement bouleverser Internet.

Déjà lu?

Déjà lu?