Grammy Awards: Childish Gambino repart avec 4 prix, Cardi B parle de weed, Drake se fait couper la parole...

11 février 2019

C'était la 61e cérémonie des Grammy Awards dimanche soir à Los Angeles. Les Grammy's sont considérés parmi les prix de la musique les plus importants au monde. Comme chaque année, c'était l'occasion de voir les stars de la musique du moment faire des discours et enflammer le public. Et parfois, vivre quelques incidents "techniques".

Childish Gambino: 4 récompenses

Childish Gambino a remporté le prix de la meilleure performance, du meilleur clip, du disque de l'année et de la chanson de l'année avec This Is America, un portrait au vitriol de la société américaine et une dénonciation de la violence policière. Donald Glover de son vrai nom, n'était pas présent pour récupérer ses prix sur scène. Ce sont donc ses paroliers Ludwig Göransson & Jeffrey Lamar Williams qui l'ont représenté sur scène pour lui.

Kacey Musgraves: 4 récompenses

La musique country a été sérieusement récompensée cette année au travers de l'artiste Kacey Musgraves, qui est repartie avec 4 Grammy's. Golden Hour a été élu album de l'année, Butterflies, meilleure performance solo de country, Space Cowboy, meilleure chanson country. Golden Hour revient en tant que meilleur album country de l'année.

Kacey Musgraves était là "quoi, quoi, quoi,quoi " et je disais "pareil, sista"

Kacey qui chante

Lady Gaga en larmes

Lady Gaga a chanté Shallow sur scène, un morceau tiré du film A Star Is Born qu'elle interprète normalement en duo avec l'acteur Bradley Cooper. Certains n'ont pas trouvé cette performance incroyable, d'autres étaient sous le choc. Quoi qu'il en soit, cette chanson a gagné deux prix: Meilleure chanson de 2019 écrite pour Visual Media et Meilleure performance de duo / groupe pop. Émue jusqu'aux larmes, Lady Gaga a parlé de dieu sur scène et a rappelé que les artistes souffrent aussi de problèmes mentaux. "Si vous voyez quelqu'un en souffrir, ne vous détournez-pas. Si vous en souffrez, trouvez en vous le courage d'en parler." Puis elle a indiqué dans un tweet qu'elle ne pourrait pas porter de maquillage tant elle pleurait.

Cardi B veut un joint

Appelée sur scène pour recevoir le prix du meilleur album rap de l'année, Cardi B n'a pas caché son émotion. "Je suis si stressée. Je devrais peut-être commencer à fumer de l'herbe". La chanteuse a également rallumé toutes les rumeurs sur sa relation avec le rappeur Offset: les deux artistes sont apparus ensemble sur le tapis rouge, à se rouler des patins baveux avec la langue, ce qui ferait oublier leur rupture annoncée les mois précédents.

Dans une vidéo publiée par la suite sur sa page Instagram, Cardi a rendu hommage au rappeur décédé en 2018 Mac Miller. "J'ai lu un article dans lequel la famille Mac Miller déclarait que s'il ne gagnait pas, ils souhaitaient que ce soit moi qui gagne", a-t-elle déclaré. "Je partage donc ce Grammy avec vous, enfoiré. Repose en paix."

Drake a des soucis de micro

Drake a utilisé son discours de remerciement pour la Meilleure chanson de rap pour... dénoncer l’idée même des Grammys. Après avoir reçu son trophée pour son morceau Gods Plan, Drizzya déclaré que le prix qu'il venait de remporter n'avait pas de sens. À la fin, son discours a été coupé par les organisateurs. Souci de micro ou volonté de le faire taire?

Ariana Grande: "fuck"

Grâce à son tube "Thank U, Next", Ariana Grande aurait eu un prétexte parfait pour monter sur scène et remercier les organisateurs. Mais elle n'était pas présente pour chercher son prix du Meilleur album pop vocal pour Sweetener. La distance ne l'a toutefois pas empêchée d'être submergée par l'émotion, comme en témoigne l'élégant "fuck" tweeté après l'annonce de son prix.

Michelle Obama fait le show

L'ancienne Première dame américaine est toujours aussi populaire dans le monde de la Pop. "La musique m'a toujours aidée à raconter mon histoire et je sais que c'est pareil pour tout le monde ici", a déclaré Michelle Obama devant un public déchaîné, incapable de s'arrêter d'applaudir. "La musique nous aide à rester digne, à partager nos peines, nos espoirs, nos joies."

Travis Scott met le feu

Le rappeur a commencé doucement, accompagné de James Blakes sur le morceau "Stop Trying To Be God", puis ça s'est transformé en performance énervée, avec son crew sur la scène. Travis Scott est entré dans une cage tandis qu'une troupe de danseurs a envahi la scène et s'est mise à escalader les murs en acier.

Voici la liste de tous les gagnants

Album de l'année: Golden Hour, Kacey Musgraves

Enregistrement de l'année: This Is America, Childish Gambino

La chanson de l'année: This Is America, Childish Gambino

Meilleure nouvelle artiste: Dua Lipa

Meilleur album de rap: Invasion of Privacy, Cardi B

Meilleur album R & B: H.E.R., H.E.R.

Meilleur album country: Golden Hour, Kacey Musgraves

Meilleure chanson rap: God's Plan, Drake

Meilleur duo pop / performance de groupe: Shallow, Lady Gaga & Bradley Cooper

Meilleur album vocal populaire: Sweetener, Ariana Grande

Meilleure performance pop solo: Joanne, Lady Gaga et Mark Ronson

Producteur de l'année, non classique: Pharrell Williams

Meilleur album vocal traditionnel: My Way, Willie Nelson

Meilleure performance solo country: Butterfly, Kacey Musgraves

Meilleur duo / groupe country: Tequila, Dan & Shay

Meilleure chanson country: Space Cowboy, Kacey Musgraves

Meilleure performance R & B: Best Parts, H.E.R. mettant en vedette Daniel César

Meilleure performance traditionnelle de R & B (ex aequo): Leon Bridges et PJ Morton avec Yebba

Meilleure chanson R & B: Boo’d Up, Ella Mai

Meilleur album contemporain urbain: The Carters

Meilleure performance de rap (Tie): King’s Dead, Kendrick Lamar, Jay Rock, Future et James Blake et «Bubblin», Anderson Paak

Meilleure performance rap / chantée: This is America, Childish Gambino

Meilleure performance rock: When Bad Do Good, Chris Cornell

Meilleure performance métal: «Electric Messiah»

Meilleure chanson rock: «Masseduction», St Vincent,

Meilleur album rock: From The Fires, Greta Van Fleet

Meilleur album de musique alternative: Colours, Beck

Meilleure performance américaine: «The Joke», Brandi Carlile

Meilleure chanson américaine: «The Joke», Brandi Carlile

Meilleur album Americana: By the way, I forgive you, Brandi Carlile

Meilleur album Bluegrass: The Travelin ’McCourys, The Travelin’ McCourys

Meilleur album de blues traditionnel: The Blues Is Alive And Well, Buddy Guy

Meilleur album de blues contemporain: Don't be dead, Fantastic Negrito

Meilleur album folklorique: All Ashore, Punch Brothers

Meilleure performance / chanson évangélique: Never Alone, Kirk Franklin et Tori Kelly

Meilleure musique / chanson de musique chrétienne contemporaine: «You Say», Lauren Daigle et Paul Mabury

Meilleur album gospel: Hiding Place, Tori Kelly

Meilleur album de musique chrétienne contemporaine: Look Up Child, Lauren Daigle

Meilleur album gospel Roots: Inattendu, Jason Crabb

Meilleur solo de jazz improvisé: Don't Fence me in, John DaVersa

Meilleur album vocal jazz: The Window, Cécile McLorin Salvant

Meilleur album instrumental jazz: Emanon, The Wayner Shorter Quartet

Meilleur album de grands ensembles de jazz: American Dreamers (Voices of Hope, Music of Freedom), John DaVersa Big Band avec des artistes DACA)

Meilleur album de jazz latino: Back to the Sunset, Dafnis Prieto Big Band

Meilleur album d'ingénierie classique: Chostakovitch: Symphonies n ° 4 et 11, Shawn Murphy, Nick Squire et Tim Martyn

Producteur de l'année, classique: Blanton Alspaugh

Meilleure performance orchestrale: Chostakovitch: Symphonies n ° 4 et 11, Andris Nelsons, chef d'orchestre

Meilleur enregistrement d'opéra: “Bates: L'évolution de Steve Jobs”

Meilleure performance chorale: «McLoskey: Zealot Canticles», Donald Nally, chef d'orchestre

Meilleure musique de chambre / petit ensemble: «Landfall», Laurie Anderson et le Kronos Quartet

Meilleur solo instrumental classique: «Kernis: Concerto pour violon», James Ehnes

Meilleur album vocal solo classique: «Songs Of Orpheus – Monteverdi, Caccini, D’India & Landi», Karim Sulayman; Jeanette Sorrell, chef d’orchestre, Apollo’s Fire, ensembles

Meilleur Compendium classique: «Fuchs: Concerto pour piano« Spiritualiste »; Poèmes de la vie; Glacier; Rush », JoAnn Falletta, chef d'orchestre; Tim Handley, producteur

Meilleure composition classique contemporaine: «Kernis: Concerto pour violon», James Ehnes, Ludovic Morlot et Seattle Symphony

Meilleur album de musique pop latine: Sincera, Claudia Brant

Meilleur album de rock latino, urbain ou alternatif: Aztlan, Zoé

Meilleur album régional de musique mexicaine: ¡Mexico Por Siempre !, Luis Miguel

Meilleur album latin tropical: Anniversary, Spanish Harlem Orchestra

Meilleur enregistrement de danse: Electricity, Silk City et Dua Lipa avec Diplo et Mark Ronson

Meilleur album de danse / électronique: Woman Worldwide, Justice

Meilleur album régional de musique: No ‘Ane’i, Kalani Pe’a

Meilleur album humoristique: Equanimity & The Bird Revelation, Dave Chapelle

Meilleur album de théâtre musical: The Band's Visit

Meilleure composition instrumentale: Blut Und Boden, Terence Blanchard

Meilleur arrangement, instrumental ou a capella: Stars and Stripes Forever, John Daversa

Meilleur arrangement, instruments et chant: Thème de Spiderman, Randy Waldman

Meilleur enregistrement: Masseduction, Willo Perron, directeurs artistiques (St. Vincent)

Meilleur enregistrement: les œuvres complètes de «Weird Al» Yankovic, de Meghan Foley, d'Annie Stoll et de Weird Al Yankovic, directeurs artistiques («Weird Al» Yankovic)

Notes d'album: Voices Of Mississippi: Artists and Musicians Documented par William Ferris, David Evans, auteur de notes d'album (Various Artists)

Meilleur album historique: Voices Of Mississippi: Artists and Musicians Documented par William Ferris, William Ferris, April Ledbetter et Steven Lance Ledbetter, producteurs de compilation; Michael Graves, ingénieur de mastering (Various Artists)

Meilleur album d'ingénierie, non classique: Colours, Beck

Meilleur enregistrement remixé: Walking Away (Mura Masa Remix), Mura Masa, Remixer (HAIM)

Meilleur album audio immersif: Eye in the Sky (édition du 35e anniversaire), Alan Parsons, ingénieur mixage surround; Dave Donnelly, PJ Olsson et Alan Parsons, ingénieurs du mastering surround; Alan Parsons, producteur Surround (The Alan Parsons Project

Meilleur album instrumental contemporain: Steve Gadd Band, Steve Gadd Band

Meilleur album de musique du monde: Freedom, Soweto Gospel Choir

Meilleure bande son de compilation pour Visual Media: The Greatest Showman

Meilleure musique de film pour Visual Media: Black Panther

Meilleure chanson écrite pour les médias visuels: «Shallow», Lady Gaga, Mark Ronson, Anthony Rossomando et Andrew Wyatt, auteurs-compositeurs (Lady Gaga & Bradley Cooper)

Meilleur album New Age: Opium Moon, Opium Moon

Meilleur album pour enfants: All The Sounds, Lucy Kalantari et The Jazz Cats

Meilleur album parlé: Faith: A journey for All, President Jimmy Carter

Meilleure vidéo musicale: «This Is America», Childish Gambino, Hiro Murai, réalisateur vidéo, Ibra Ake, Jason Cole et Fam Rothstein, producteurs vidéo

Meilleur film musical: Quincy

Meilleur album reggae: 44/876, Sting & Shaggy

Déjà lu?

Déjà lu?