© Google Maps

Les grèves pour le climat vont bien au-delà des frontières belges: la preuve en une carte

14 février 2019

Qui dit jeudi, dit nouvelle grève pour le climat en Belgique. Mais le phénomène dépasse évidemment nos frontières. Cette carte permet de réaliser son ampleur.

Ce jeudi, les élèves du secondaire devraient être rejoints par les étudiants du supérieur. Cette fois, tout le monde est invité à rejoindre la capitale. Un nouveau cortège part de la gare du Nord à Bruxelles dès 10h30. Plusieurs milliers de personnes sont attendues suite à l'appel d'Anuna De Wever et d'Adélaïde Charlier, les deux figures de la grève pour le climat.

On le sait, c'est le discours de Greta Thunberg devant l’assemblée de la COP24 qui a servi de catalyseur. Depuis, les mouvements de grève des étudiants ne cessent de prendre de l'ampleur. Une page Wikipédia leur est même dédiée, preuve qu'ils laisseront une marque, quoi qu'il arrive.

Allemagne (25.000, le 18 janvier), Australie (15.000, le 30 novembre), Suisse (40.000, le 2 février), autant de manifestations pour demander une autre politique en faveur du climat. Demain, ce sont les jeunes Français qui devraient investir la rue. Chaque vendredi, ils veulent lancer les "Vendredis verts".

Phénomène global (et occidental)

Cette carte qui croise les données de Google permet de se rendre compte du phénomène au niveau international. Alors bien sûr, rien de scientifique ici. Mais cela donne déjà une idée: chaque point représente une manifestation connue en faveur du climat, dont certaines ont fait l'objet d'un article de presse, en lien.

Si le phénomène est global, il faut aussi reconnaître qu'il reste majoritairement occidental. Sans entrer dans les détails, cela peut s'expliquer pour plusieurs raisons: chaque pays n'est pas au même stade de son développement, la liberté de manifester n'est pas ancrée dans chaque pays comme elle l'est chez nous, et les données ne sont sans doute pas assez précises.

Toujours est-il que les deux porte-paroles de Youth For Climate ont l'ambition de réunir le plus grand nombre de personnes. À Bruxelles, elles invitent chaque militant écologiste à demander une politique plus ambitieuse en termes de climat. Sur Facebook, l'événement Global Strike For The Future prévu pour le 15 mars rassemblent déjà 7.400 intéressés.

Plus qu'une mode passagère, le climat s'invite au cœur de l'agenda politique.

Déjà lu?

Déjà lu?