© Trillion Trees Campaign

Et si, pour lutter contre la pollution, il suffisait... de replanter des arbres?

17 février 2019

Oublie les filtres à air, les canons à pluie et les puissants logiciels de prédiction climatique. Une nouvelle étude suggère que la meilleure façon de lutter contre le dérèglement climatique serait simplement de replanter un maximum d'arbres. Et dans ce combat, ceux qui sont les plus efficaces ne sont pas ceux que l'on croit.

Et si les solutions les plus simples étaient les meilleures? Et si l'on laissait les arbres faire ce qu'ils ont toujours fait depuis des milliards d'années, à savoir purifier l'air grâce à la photosynthèse et protéger les sols avec leurs branchages et leurs racines? C'est ce que suggère une nouvelle étude du Crowther Lab.

En grandissant, les arbres absorbent et stockent le CO2 de l'atmosphère. Lorsqu'un arbre est abattu, le CO2 qu'il stocke est libéré dans l'atmosphère, ce qui contribue au changement climatique. Protéger et restaurer les forêts est un acte essentiel pour tenter d'empêcher la température mondiale d'augmenter de plus de 2 degrés Celsius, avance ce cabinet d'étude du changement climatique fondé par l'écologiste Thomas Crowther.

Gigatonnes d'émissions

Selon le Drawdown Project, qui se présente comme "le plan le plus complet jamais proposé pour inverser le réchauffement climatique", la reforestation est importante mais n'arrive pas en tête des priorités. Ce groupe qui a établi la liste des 100 meilleures solutions pour réduire la présence des gaz à effets de serre (GES) place en première position le recyclage des machines réfrigérantes. En seconde, viennent les éoliennes terrestres.

Protéger la forêt tropicale n'arrive qu'en cinquième position et la reforestation de la Planète n'arrive qu'en quinzième position. Le Drawdown Project a calculé que le recyclage des vieux frigos permettraient de réduire les GES de 88,74 gigatonnes (GT). Les éoliennes offriraient une réduction de 84,60 GT de CO2. Protéger les forêts tropicales n’entraînerait une réduction que de 61,23 GT. Et la reforestation, 18,06 GT.

Mais l'étude de Crowther vient contredire ces estimations. "Il y a 400 gigatonnes [de GES] actuellement dans les 3.000 milliards d'arbres. Si vous augmentez cette capacité de 1.000 milliards d'arbres, cela équivaudrait à environ des centaines de gigatonnes capturées dans l'atmosphère", a déclaré samedi Thomas Crowther à l'American Association for the Advancement of Science (AAAS). Ce qui placerait la solution de la reforestation en première place de la liste.

Les 10 meilleures solutions pour réduire les GES, selon le Drawdown Project

© Drawdown Project

Trillion Trees

C'est sur la base de cette étude que les ONG BirdLife International, WWF et Wildlife Conservation Society ont lancé la campagne "Trillion Trees". L'objectif de cette campagne est de réussir à planter un billion d'arbres durant les 30 prochaines années. Un billion, c'est 1000 milliards d'unités.

Pour le Pr. Crowther, la planète a suffisamment d'espaces vides pour y planter tous ces arbres. Il a pu faire ces estimations grâce à des observations satellites et des enquêtes aux sols. Ces dernières lui ont montré qu'il y avait de la place dans les parcs, les bois et les terres abandonnées de la planète.

Les Nations Unies avaient déjà lancé un programme similaire en 2006 appelé the "Billion Tree Campaign", soit la campagne pour un milliard d'arbres. Mais sur base de ces nouvelles observations, il se pourrait bien que le Programme des Nations unies pour l'environnement (UNEP) revoit ses objectifs à la hausse.

L'Inde et la Chine font du bon travail

Dans son plan de reforestation, le Crowther Lab ne cible pas les zones urbaines ou agricoles, mais uniquement les terres dégradées ou abandonnées. Et les pays qui actuellement oeuvrent le plus à la "reverdisation" de la planète, ce sont l'Inde et la Chine.

Sur base d'une étude réalisée par des chercheurs de l'Université de Boston, la NASA écrit que "le monde est littéralement un endroit plus vert qu'il ne l'était il y a 20 ans. Les données des satellites de la NASA ont révélé une source contre-intuitive pour une grande partie de ce nouveau feuillage: la Chine et l'Inde".

Les deux puissances économiques, souvent pointées parmi les plus grands pollueurs de la planète, sont sont en tête de l'accélération du verdissement terrestre. Ces deux nations les plus peuplées au monde ont mis en place d'importants programmes de plantation d'arbres qui permettent de stocker des milliards de tonnes de GES. Et vu les problèmes d'air vicié que connaissent ces deux pays, c'est clairement une bonne chose.

Petite précision toutefois. L'agriculture intensive, même si elle participe visuellement du verdissement de la Planète, est inutile pour la réduction du CO2. "Contrairement au verdissement dû aux plantations d'arbres à grande échelle en Chine, aux pratiques forestières durables en Europe occidentale et à la repousse des arbres sur des terres abandonnées en Europe orientale, le verdissement en raison d'une agriculture intensive n'empêche pas la destruction des sols, car le carbone des cultures retourne rapidement dans l'atmosphère", explique le Pr. Victor Brovkin, co-auteur de l'étude.

Pour Crowther, la reforestation est simplement "une belle chose car tout le monde peut s’impliquer. Les arbres rendent littéralement les gens plus heureux en milieu urbain, ils améliorent la qualité de l’air, la qualité de l’eau, la qualité des aliments, le service des écosystèmes. C’est tellement simple et tangible."

Déjà lu?

Déjà lu?