© Pixabay

Pour la première fois, des transactions en Bitcoin ont été réalisées... avec des radios amateurs

11 mars 2019

C'est une petite révolution dans le monde des transferts d'argent. Des sommes de Bitcoins ont été envoyées par ondes radio entre des développeurs depuis le Canada jusqu'aux États-Unis. Un moyen de s'affranchir d'Internet?

Dans un monde où Internet serait totalement contrôlé et surveillé par des multinationales ou par des États, le Bitcoin perdrait de son sens. Pour continuer à être cette monnaie qui se réclame de la liberté, la cryptomonnaie se devait de se trouver un nouveau médium. C'est maintenant chose faite. Des développeurs ont testé l'envoi de la monnaie cryptée... via des ondes radios depuis des stations amateurs.

La transaction a été émise par Rodolfo Novak, co-fondateur de la start-up CoinKite, pour arriver à la développeuse et chroniqueuse de Bloomberg, Elaine Ou. De véritables bitcoins ont été envoyés depuis Toronto, au Canada, jusqu'à San Francisco, en Californie. Il aura fallu 21 messages et une vingtaine de minutes pour que le transfert soit effectué complètement. Et que Elaine Ou puisse obtenir ce code: d5c7efecf8edb9c56aec87aa326dea0ffc483a8621a2f23a0e008e14397ce3c6.

Envoyer un code

Comment ça fonctionne? Il faut un émetteur et un récepteur, soit des machines avec des programmes qui permettent de traduire les ondes en texte. La somme de cryptomonnaie est définie par un simple code, ce qu'on appelle un brainwallet. Le transfert est en réalité simplement l'envoi d'une suite de mots qui permettent d'accéder à la somme de Bitcoins. Tout le monde peut recevoir une transmission cryptée mais seulement ceux qui possèdent la clé peuvent la débloquer.

"Avec le Bitcoin, la radio amateur est à nouveau cool", s'est enthousiamé Elaine Ou, qui a reçu des bitcoins à une fréquence de 14Mhz. Ce test était surtout l'occasion de montrer qu'il est possible de faire des transactions sans avoir recours à une tierce entité (comme des banques ou un organisme de transfert) et sans passer par Internet, un outil sur lequel les méta-données rendent l'anonymat très compliqué.

Anonymat contre la censure

Cette idée a été présentée en premier lieu par Nick Szabo, l'inventeur des contrats intelligents, ces protocoles informatiques qui sécurisent la blockchain. Le transfert de données via des stations de radio amateur pourrait avoir son utilité dans des zones en conflit ou dans des pays où Internet est contrôlé par le régime dictatorial.

C'est le cas par exemple du Venezuela, où les fournisseurs d'accès à Internet et les banques sont aux mains de l'État. Pour contourner cette mainmise, de plus en plus de Vénézuéliens ont recours aux cryptomonnaies. Et ce nouveau moyen de transfert pourrait les aider à passer outre les coupures d'accès à Internet. À condition de maîtriser ce nouvel outil plutôt technique.

L'envoi des Bitcoins selon Rodolfo Novak

© Rodolfo Novak


Déjà lu?

Déjà lu?