Nouvelle-Zélande: le terroriste a streamé l'attaque; YouTube, Facebook et Twitter font tout pour retirer la vidéo

15 mars 2019

Un attentat dans deux mosquées a fait 40 morts en Nouvelle-Zélande ce vendredi. L'auteur de cette attaque a filmé et retransmis la scène en direct sur Internet. Facebook, Twitter et YouTube ont déclaré qu'ils s'efforçaient de supprimer de leurs plateformes toutes les versions de la vidéo.

Des représentants de Facebook, Twitter et YouTube ont déclaré avoir suspendu les comptes d'un suspect armé qui aurait diffusé la vidéo de l'attaque terroriste en direct. Les firmes s'efforceraient actuellement de supprimer toutes les versions de la vidéo de la fusillade qui se propageraient sur leurs plateformes.

"Le massacre néo-zélandais a été diffusé en continu sur Facebook, annoncé le 8 janvier, retransmis sur YouTube, commenté sur Reddit, et copié dans le monde entier avant même que les sociétés de technologie ne puissent réagir", a tweeté le journaliste du Washington Post Drew Harwell.

Alerté par la police

Mia Garlick, porte-parole de Facebook en Nouvelle-Zélande, a déclaré dans un communiqué que la police les avait alerté sur la présence d'une vidéo réalisée par le tireur, vidéo qui n'est autre que le live-stream commencé depuis le début de l'attaque.

"Nos pensées vont aux victimes, à leurs familles et à la communauté touchée par cet acte horrible. La police néo-zélandaise nous a alertés sur une vidéo sur Facebook peu après le début du flux en direct et nous avons supprimé le compte Facebook et la vidéo du tireur." Garlick a ajouté qu'ils faisaient leur possible pour éliminer "tout éloge ou soutien envers le crime et le tireur ou les tireurs".

"La police sait que des images extrêmement pénibles concernant l'incident de Christchurch circulent en ligne", a tweeté la police néo-zélandaise. "Nous souhaitons vivement que le lien ne soit pas partagé. Nous mettons tout en oeuvre pour que toutes les images soient supprimées."

Suppression

Un porte-parole de Google a déclaré à propos de YouTube dans un communiqué: "Nos pensées vont aux victimes de cette terrible tragédie. Les contenus choquants, violents et explicites n'ont aucune place sur nos plateformes et sont supprimés dès que nous les repérons. Comme pour toute grande tragédie, nous collaborerons avec le autorités."

Twitter a également indiqué qu'il avait retiré le compte du suspect et qu'il travaillait à la suppression de toutes les versions de la vidéo. Facebook a ajouté qu'ils avaient également supprimé le compte Instagram du tireur présumé.

Muslim Adocates

L'association de défense des droits des musulmans Muslim Advocates a indiqué sur Twitter avoir été en contact avec Google, Twitter et Facebook pour leur demander de retirer au plus vite les vidéos des attaques.

"Si vous en voyez passer, vous pouvez le signaler et ils l'enlèveront", poursuit l'organisation.

Capture d'écran de la vidéo du tireur

Déjà lu?

Déjà lu?